Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Eglise du Saint-Sacrement à Liège - Page 6

  • Liège : la Semaine Sainte et Pâques 2021 à l’église du Saint-Sacrement (Bd d’Avroy, 132)

    Dyballa_ke_11.1_Fig_03-1008x756 (2).jpg

    27 mars, messe anticipée des Rameaux :

    →17h00 : bénédiction et distribution du buis, puis messe en français (missel de 1970)

    28 mars, dimanche des Rameaux :

    →08h30 : messe basse en latin (missel de 1962)

    →09h45 : bénédiction et distribution du buis. Chants grégoriens et orgue.

    →10h00 : messe chantée en latin (missel de 1962). Plain-chant et orgue : propre grégorien de la messe « Ne longe ». Psalmodie dialoguée de la Passion selon saint Matthieu.

    →11h15 : bénédiction et distribution du buis, puis messe en français (missel de 1970). Chants grégoriens, lecture de la Passion, orgue.

    29 mars, Lundi Saint :

    →10h00 à 12h00 : confessions pascales

    30 mars, Mardi Saint :

    →10h00 à 12h00 : confessions pascales

    →17h00 à 19h00 : confessions pascales (17h00-18h45), vêpres (17h00-17h30), adoration (17h-18h), chapelet (18h00-18h45), bénédiction du Saint-Sacrement à 18h45.

    31 mars, Mercredi Saint :

    →10h00 à 12h00 : confessions pascales

    1er avril, Jeudi Saint :

    →10h00 à 12h00 : confessions pascales.

    →20h00 : messe de la dernière Cène (missel de 1970). Chants grégoriens et orgue.

    A la fin de la messe, translation du Saint-Sacrement au reposoir et adoration (un quart d'heure).

    2 avril, Vendredi Saint :

    →10h00 à 12h00 : confessions pascales

    →15h00 : chemin de la croix + confessions pascales : méditation des 14 stations (conduite par l’abbé Claude Germeau). Chant du « Stabat Mater » (Jacopone da Todi, XIIIe s.).

    Confessions possibles après le chemin de la croix.

    3 avril, Samedi Saint :

    →10h00 à 12h00 : confessions pascales

    →20h, vigile pascale et messe de la Résurrection (missel de 1970) : rite de la lumière, liturgie de la parole, rite de l’eau, suivis de la messe (chants grégoriens, motets et orgue).

    4 avril, dimanche de Pâques :

    →08h30 : messe basse en latin (missel de 1962)

    →10h00 : messe du jour chantée en latin (missel de 1962) : orgue et plain-chant (propre grégorien de la messe « Resurrexi » et Kyriale « Lux et origo »),

    →11h15 : messe du jour en français (missel de 1970) : chants grégoriens (kyriale du temps pascal) et orgue

     

    Remarque importante

    Les personnes désireuses d’assister à tous ou partie des offices (précisez vos choix) doivent adresser une demande préalable à l’adresse électronique suivante : sursumcorda@skynet.be

    Une autorisation leur sera adressée par courriel en retour, dans la mesure des places disponibles compte tenu de la jauge sanitaire prescrite en raison de la pandémie du coronavirus. Cette autorisation est indispensable pour avoir accès à la célébration.

  • Liège : enregistrée et diffusée depuis l’église du Saint-Sacrement en direct ce matin du 28 mars 2021 à 10h, la messe traditionnelle (missel de 1962) du « Dimanche des Rameaux »

    Célébrant : Abbé M.-A Dor, Recteur

    Chants grégoriens : bénédiction et distribution du buis bénit; propre de la messe «Domine ne longe»; psalmodie de la Passion selon saint Matthieu,  kyriale de la messe XVII (XIVe s.); credo III (XVIIe s.);

    Orgue : Patrick Wilwerth

    Pour suivre la messe, cliquez ici : https://youtu.be/h1yNkbsbZWw?t=275

     

    emission_radio_rameaux2.jpgLa fonction liturgique de ce dimanche est double : d’abord la bénédiction et la procession des rameaux en souvenir de l’entrée triomphale du Christ à Jérusalem (elle est attestée depuis le Ve siècle) suivie, pour ainsi dire en contraste, par la célébration d la Messe commémorant la Passion douloureuse du Seigneur.

    La cérémonie s’ouvre ex abrupto par l’antienne radieuse dédiée au Fils de David, suivie de deux petites antiennes reflétant l’accueil démonstratif des Juifs que va décrire aussitôt l’évangile selon saint Matthieu. Elle procède ensuite ici à une simple distribution du buis bénit au cours de laquelle se chante l’hymne célèbre « Gloria Laus » de l’évêque Théodulphe d’Orléans qui date du Xe siècle.

    La messe lui succède en contraste absolu : il n’y est plus question de triomphe mais de mort : c’est une note de supplication ardente, presqu’angoissée, qui va marquer toutes les mélodies, à commencer par l’introït « Dominus ne longe » du 8e mode, suivi du graduel « Tenuisti » et du trait « Deus, Deus meus » dont on peut entendre deux versets ornés. La psalmodie des douze autres est ici simplifiée pour faire place au chant de la Passion selon saint Matthieu, suivi du Credo.

    Vient ensuite le chant de l’offertoire « Improperium » du 8e mode : c’est la plainte du Seigneur en Croix sur la solitude dont il est entouré, sans personne pour partager sa souffrance et le consoler, dans personne pour le réconforter sinon avec du fiel et du vinaigre.

    rogier_van_der_weyden_netherlandish_active_tournai_and_brussels_-_the_crucifixion_with_the_virgin_and_saint_john_the_evangelist_mourning_-_google_art_project_4.jpg

    Beaucoup plus intérieure et silencieuse, mais non moins belle et expressive, est la Communion « Pater » qui est la prière toute d’abandon du Christ durant son agonie au jardin des oliviers. : le 8e mode, sans rien perdre de sa fermeté, sy fait tout contemplatif et émouvant.

    ***

    Pour regarder toutes les vidéos de messes ou autres événements organisés à l’église du Saint-Sacrement, cliquez sur ce lien:

    https://youtube.com/channel/UCEUYps3ebyPUPP2BnnEO6iw

  • Liège : enregistrée et diffusée depuis l’église du Saint-Sacrement en direct ce matin du 21 mars 2021 à 10h, la messe traditionnelle (missel de 1962) du « Premier Dimanche de la Passion »

    Célébrant : Abbé M.-A Dor, Recteur

    Chants grégoriens : propre de la messe «Judica me Deus»; Kyriale de la messe XVII (XIVe s.); Credo III (XVIIe s.); Hymne « Vexilla Regis ».

    Orgue : Patrick Wilwerth

    Pour suivre la messe, cliquez ici : https://youtu.be/mI_tiVAPtrM

    croix voilée 2038544396.jpgAujourd’hui commence la quinzaine d’immédiate préparation à la solennité pascale, qui, au IIIe siècle, comportait aussi le jeûne d’une douzaine de jours avant l’aurore de Pâques. Par la Croix voilée, l’Église rappelle, d’une manière plus accentuée, la mort rédemptrice du Christ.

    La messe de ce dimanche est toute dominée par le souvenir du sacrifice du Golgotha, et elle est parmi les plus riches de sentiment et les plus belles de l’antiphonaire romain.

    Dans l’introït, tiré du psaume 42, le Christ, contre la sentence de mort que trament contre lui ses ennemis, race prévaricatrice et pleine de fraude, le Christ en appelle au jugement du Père, afin qu’il leur en fasse rendre compte au jour de sa résurrection. C’est précisément le jour où se révèlent cette lumière et cette vérité dont parle ici le psalmiste.

    Dans la lecture de la lettre aux Hébreux (IX, 11-15), l’Apôtre Paul met en relief l’excellence du Nouveau Testament en comparaison de l’Ancien, et il en tire la preuve du caractère définitif et parfait du Sacrifice du Calvaire. En effet, tandis que dans l’ancienne Loi il fallait répéter incessamment les mêmes offrandes pour les transgressions du peuple, et que le grand prêtre lui-même avait coutume de pénétrer chaque année dans le Saint des Saints afin d’y offrir le sang de victimes sans raison, Jésus-Christ couvert de son propre sang, et à la tête de l’interminable cortège de l’humanité rachetée, expie une fois pour toutes le péché de la race entière d’Adam, et pénètre définitivement dans le sanctuaire céleste.

    Le répons est tiré des psaumes 142 et 17. C’est le Seigneur qui, à l’approche du jour de l’épreuve, a peur et supplie le Père de le soustraire au triomphe de l’impie. Il ne se décourage pas, il est même assuré déjà qu’au jour de Pâques Dieu le soustraira aux mains de ces hommes cruels et de leur alliée, la mort, pour l’exalter et lui soumettre ses meurtriers eux-mêmes.

    Le psaume in directum ou trait (Ps. 128) s’inspire du même ordre d’idées, mais il décrit avec une plus grande précision de détails la passion du Sauveur : « Combien de fois, depuis ma première jeunesse, Hérode et la Synagogue m’ont-ils combattu, mais ils n’ont pas réussi à me vaincre. Des laboureurs ont tracé leurs sillons sur mon dos, spécialement durant ma terrible flagellation à la colonne dressée dans l’atrium du prétoire de Pilate. Ils ont creusé profondément leurs sillons sur mon dos, mais le Seigneur est juste ; pour ses fins impénétrables, mais toujours magnifiques, Il permet que l’inique opprime l’innocent pour un temps ; mais au jour de son triomphe, à l’aurore pascale, il écrasera la tête des pécheurs. »

    Puis, un extrait de l’Evangile, selon saint Jean, au chapitre 8, témoigne du dévouement absolu de la Passion du Christ à la gloire du Père : c’est pourquoi celui-ci assurera la gloire de son Fils, dans la Résurrection et l’Ascension. Le chrétien qui imitera le Christ, le suivra dans la vie éternelle.

    Le verset de l’offertoire est tiré du psaume 118, qui exprime le désir et la complaisance du juste en suivant la voie des commandements de Dieu, même en face des menaces de ses adversaires. En outre, Jésus, qui est par excellence le Juste chanté par le psalmiste, insiste pour demander au Père de vivre (« ut vivam »), maintenant surtout que les Juifs sont décidés à le faire mourir. Toutefois l’objet de la prière du Sauveur n’est pas d’échapper à la mort temporelle, Lui qui, au contraire, est venu mourir pour nous ; mais il veut la vie de la résurrection, celle qu’au moyen de la grâce, et ensuite, de la gloire, Il devait précisément communiquer à son corps mystique.

    Le verset pour la communion est au contraire emprunté, avec quelques retouches, à saint Paul (I Cor., 11, 24-26), et il exprime fort bien comment le sacrifice eucharistique commémore la passion du Seigneur, dont le souvenir liturgique s’inaugure précisément aujourd’hui. C’est pour le même motif que saint Ambroise put dire que l’Église célèbre chaque jour les funérailles de Jésus, en tant que la vie chrétienne tout entière avec ses peines, ses austérités, ses sacrifices, ne fait que compléter et développer le drame unique du salut, inauguré jadis sur le Golgotha, accomplissant un seul sacrifice, celui de Jésus-Christ, qui centralise, sanctifie et consacre tous nos sacrifices.

    ***

    Pour regarder toutes les vidéos de messes ou autres événements organisés à l’église du Saint-Sacrement, cliquez sur ce lien:

    https://youtube.com/channel/UCEUYps3ebyPUPP2BnnEO6iw