15/09/2014

Le 28 septembre 2014 à l'église du Saint-Sacrement à Liège: les secrets de la musique de chambre

Eglise du Saint Sacrement

Boulevard d’Avroy, 132

1316118213bmx.jpg 

Voir sur carte

DIMANCHE 28 SEPTEMBRE 2014 À 16h30 

affiche Dextuor st sacrt 28 sept188.jpg  

Les secrets de la musique de chambre 

53b93b4f973e1 (1).jpg 

Le Programme

Franz Schubert (1797-1828) 

*Deux lieder 

Der Tod und das Mädchen & Gretchen am Spinnrade, op D.118 (arr.orchestral, Arnaud François ) 

*Un arrangement pour orchestre à cordes seul de Der Tod und das Mädchen par Gustav Mahler (1860-1911)

*Trio en si b majeur D471 pour violon, alto et violoncelle 

Antonio Vivaldi (1678-1741) 

*Les Quatre Saisons

Concerto n° 1 en mi majeur, op. 8, RV 269, « La primavera » (Le Printemps); Concerto n° 2 en sol mineur, op. 8, RV 315, « L'estate » (L'Été) ; Concerto n° 3 en fa majeur, op. 8, RV 293, « L'autunno » (L'Automne); Concerto n° 4 en fa mineur, op. 8, RV 297, « L'inverno » (L'Hiver)

Les interprètes 

L’ Orchestre de Chambre « Dextuor »  

ORCHESTRE_DEXTUOR_DSC_0104_-Large- (1).JPG 

Cet orchestre a vu le jour à la suite des concerts organisés par Foliamusica France-Belgique. Il est formé de quatorze jeunes musiciens (cordes)  issus des académies et conservatoires de Belgique, mais aussi des institutions homologues de France et des Pays-Bas. Tous les « jeunes talents » belges membres de cette formation sont lauréats du concours national belge « Belfius ». Ils se réunissent sous la baguette de chefs d'orchestres et chefs de pupitre divers. Le 28 septembre à Liège, l’orchestre Dextuor sera placé sous la direction de Marie-Laure Goudenhooft

Solite du chant :

Cécile Leleux, mezzo

C'est aux Conservatoires Royaux de Bruxelles puis de Liège que Cécile Leleux obtint un premier prix d'histoire de la musique et quatre diplômes supérieurs de chant, mélodie, art lyrique et musique de chambre.

Elle étudiera ensuite auprès de maîtres tels : Karl Börner, Cathy Berberian, Kurt Equiluz, Jeanine Reiss…

Lauréate du concours national Pro Civitate (actuellement Belfius) et du Concours International de Paris, elle débute au Théâtre Royal de la Monnaie à Bruxelles, puis à l'Opéra Royal de Liège dans différents rôles (Emilia dans Othello, Orphée dans Orphée de Gluck, Baba dans le Medium, Jocastre dans Oedipus Rex…) en parallèle elle chante dans de nombreux oratorios (Le Messie de Haendel, Gloria de Vivaldi, Le Magnificat de Bach, La Petite Messe Solennelle de Rossini, Elias de Mendelssohn, Stabat Mater de Dvorak, Requiem de Duruflé…)

Elle poursuit sa carrière en qualité d'actrice - cantatrice de théâtre chanté et dans la création, participant à de nombreux concerts de musique nouvelle dans le cadre d'Europalia.

Elle mène simultanément une carrière internationale de concertiste qui la conduite dans toute l'Europe… et de pédagogue, enseignante aux conservatoires royaux de Bruxelles et de Liège. Elle a participé à nombreux enregistrements pour la R.T.B.F. (Récital, décoration sonore, cinéma, théâtre, émissions diverses …) Dernièrement elle a enregistré le CD « Cosi » avec Marie Christine Barrault et Paolo Del Vecchio. Elle concrétise une nouvelle programmation composition d'un Opéra, et elle vient de sortir à Limoges le CD du spectacle « la Diva et le Clown »

Actuellement elle s'engage dans de nouveaux spectacles tout public : Elle est actuellement Présidente « Des Concerts du Dimanche Matin au Musée d'Art Moderne de Liège, de l'orchestre « Dextuor Foliamusica » et directrice artistique Foliamusica.

En cliquant ci-après vous retrouverez l'émission de RCF du mardi 25 février 2014 à propos du spectacle "Emeraude" :

Direction :

Marie-Laure Goudenhooft 

Née en 1980, Marie-Laure GOUDENHOOFT travaille avec Gabrielle DEVRIES, soliste à RADIO-France, Grand Prix du Disque. Au CNR de Paris, dans la classe d’Huguette DEAT, elle obtient en 1995 un 1er prix de violon et formation musicale, et en 1996, le 1er prix d’excellence. En cette même année, elle est reçue au CNSM de Paris dans la classe de Gérard JARRY. Elle y reçoit en Juin 2000 un diplôme comprenant le 1er prix de violon et les certificats de lecture à vue, analyse, musique de chambre piano et écriture. Lauréate des concours Lipizer (2001) et Schlomo Mintz (SION-2004) elle intègre en Octobre 2002 l’Orchestre de l’Opéra National de Paris. Elle participe aux concerts de l’Orchestre National de France et de l’Orchestre de Paris, et se produit en soliste dans le double concerto de Bach avec Gérard Jarry, les Quatre Saisons avec Schlomo MINTZ , et interprète  également les concertos de Mozart, Tchaïkowski, Prokoviev, Mendelssohn et l’Introduction et Rondo Capriccioso de St-Saëns, de 2002 à 2007.

 entrée au concert du 28 septembre :

Entrée 8€  (en prévente : 6€ )

Gratuit pour les enfants de moins de 10 ans

Réservations et préventes, tél : 0473/32 19 83 

 

01/08/2014

Fête du 15 août 2014 à l'église du Saint-Sacrement à Liège

EGLISE DU SAINT-SACREMENT À LIÈGE

Boulevard d’Avroy, 132 

VENDREDI 15 AOÛT 2014 À 10 HEURES

MESSE DE LA

FÊTE DE L’ASSOMPTION DE LA SAINTE VIERGE   

1273938464.jpg 

Célébrée selon le missel de 1962.

Évangile du Magnificat (Luc,1, 41-50)  

Chants  grégoriens

Propre de la messe « Signum Magnum ». Kyriale IX « Cum Iubilo ». Prose gallicane de l’assomption « Induant iustitiam » 

La prose gallicane « induant justitiam (qui ministrant Numini)» (qu’ils revêtent la justice, les ministres du Très-Haut) figure au missel parisien de la fête de l’assomption depuis 1706. De Paris, elle s’est aussi répandue dans de nombreux diocèses de France. et Marcel Dupré  la cite au second verset de son Magnificat des Vêpres de la Vierge (15 Versets pour les Vêpres du Commun des Fêtes de la Sainte Vierge, Opus 18).  L’organiste peut  figurer le chant des versets impairs en improvisant sur le plain-chant.

Motets  classiques à Notre-Dame 

 « Ave Maria » de Franz Schubert (1797-1828),“Quia respexit humilitatem ancillae suae” extrait du Magnificat de Jean-Sébastien Bach (1685-1750) et “Süsser Blumen..” air de Georg-Friedrich  Haendel(1685-1759)

 par la Schola du Saint-Sacrement et Micheline Viellevoye, soprano solo  

A l’orgue, Patrick Wilwerth, professeur au conservatoire de Verviers.

Autres renseignements : tél. 04.344.10.89 ou sursumcorda@skynet.be 

L’Assomption, une fête héritée de l'Église d'Orient

1227535017176.jpg« Nous affirmons, Nous déclarons et Nous définissons comme un dogme divinement révélé que l'Immaculée Mère de Dieu, Marie toujours vierge, après avoir achevé le cours de sa vie terrestre, a été élevée en corps et en âme à la vie céleste.». C'est par ces mots que, le 1er novembre 1950, Pie XII proclamait (photo) le dogme de l'Assomption par la constitution apostolique Munificentissimus Deus. Un événement qui prend sa source dans la tradition de l'Église, longuement mûrie par des siècles de théologie mariale.

On ne sait pourtant rien de la fin de la vie terrestre de Marie. Seul un écrit apocryphe du Ve siècle, « La Dormition de Marie », évoque ses derniers instants. Entourée par les apôtres en prière, elle est emmenée au paradis par le Christ.

 Très tôt, en effet, les chrétiens ont eu le pressentiment que la Mère de Dieu, préservée de tout péché, ne pouvait pas avoir connu la corruption de la mort. Une intuition qui sera ensuite approfondie par les Pères de l'Église, en particulier saint Jean Damascène. Au VIe siècle, la fête de la Dormition est déjà célébrée en Orient, vers la mi-janvier. Plus tard, l'empereur Maurice (582-602) la fixera définitivement au 15 août.

 La fête arrive à Rome grâce au Pape Théodore (642-649), originaire de Constantinople.assomp_peint_017.jpg Elle se diffuse petit à petit en Occident : en 813, le Concile de Mayence l'impose à l'ensemble de l'Empire franc. Peu à peu, la fête va prendre le nom d'Assomption, même si la différence entre Assomption et Dormition reste ténue et l'Église ne ressent pas le besoin d'ériger en dogme cette croyance.

C'est après la proclamation par Pie IX du dogme de l'Immaculée Conception, dans le grand courant de dévotion mariale du XIXe siècle, que des pétitions commencent à affluer à Rome pour que soit officiellement défini le dogme de l'Assomption. De 1854 à 1945, huit millions de fidèles écriront à Rome en ce sens ! Chiffre auquel il faut ajouter les pétitions de 1 332 évêques (représentant 80 % des sièges épiscopaux) et 83 000 prêtres, religieux et religieuses. Face à ces demandes répétées, Pie XII, par l'encyclique Deiparae Virginis, publiée en mai 1946, demande à tous les évêques du monde de se prononcer. La réponse est quasi unanime : 90 % des évêques y sont favorables. La plupart des 10 % restant s'interrogent sur l'opportunité d'une telle déclaration, seulement six évêques émettant des doutes sur le caractère "révélé" de l'Assomption de Marie. 

Des célébrations grandioses accompagneront la proclamation du dogme de l'Assomption. Celui-ci reste à ce jour le seul cas où l'infaillibilité pontificale, telle que définie à Vatican I, a été mise en oeuvre. 

08/07/2014

Liège, à l'église du Saint-Sacrement, une Présence : même pendant les vacances !

 

Eglise du Saint-Sacrement

Bb d'Avroy, 132 à Liège 

4e couverture adoration[1]001.jpg

ANIMA CHRISTI 

Prière de saint Ignace de Loyola 

 

Anima Christi, sanctifica me/Corpus Christi, salva me.

Sanguis Christi, inebria me/Aqua lateris Christi, lava me.

Passio Christi, conforta me/O bone Jesu, exaudi me.

Intra tua vulnera absconde me/Ne permittas me separari a te.

Ab hoste maligno defende me/In hora mortis meae voca me.

Et iube me venire ad te/Ut cum Sanctis tuis laudem te.

In saecula saeculorum.

Amen

 

Âme du Christ, sanctifie-moi/Corps du Christ, sauve-moi

Sang du Christ, enivre-moi/Eau du côté du Christ, lave-moi

Passion du Christ, fortifie-moi/Ô bon Jésus, écoute-moi

Dans Tes blessures, cache-moi/Ne me laisse pas séparé de Toi

De l’esprit du mal, défend-moi/A ma mort, appelle-moi

Ordonne-moi de venir à Toi/Pour qu’avec Tes saints je te chante

Pour les siècles des siècles

Amen