19/11/2014

« Moyen orient et persécution religieuse » : plus que deux jours pour s’inscrire au lunch débat à l’ULg

014.JPG

Pour rappel, ce lunch débat avec Vanessa Matz et Pierre Piccinin da Prata, c'est le lundi 24 novembre à 18h, à l’Université de  Liège (Salle des professeurs, Bâtiment du Rectorat, Place du XX aout, 7, 1er étage) . Il faut s’inscrire le 20 novembre au plus tard : tel. 04.344.10.89 ou en ligne sur le site  http://www.ethiquesociale.org/

 

De l'humanisme à la famille232.jpg

03/11/2014

Moyen-Orient et persécution religieuse

conférence union ulg.jpg

La cause des chrétiens d’Orient et des autres minorités nous concerne tous, au titre de la fraternité et au nom de la liberté. Le renoncement ou l’impuissance seraient intolérables devant cette tragédie quotidienne qui met en péril l’existence de communautés chrétiennes dans le monde musulman. Leur existence même est un  enjeu de civilisation commun pour l’Europe et pour l’Islam.

Vanessa Matz est licenciée en droit de l’Ulg. Ancienne directrice politique du cdH, elle fut aussi sénatrice, de 2008 à 2014. Elle est aujourd’hui députée fédérale de Liège. Membre suppléant du député Georges Dallemagne à la commission des Relations Extérieures de la Chambre, elle se consacre notamment, avec celui-ci, au dossier des minorités du Proche-Orient .

Historien et politologue, enseignant et reporter de guerre, spécialiste du monde arabo-musulman, Pierre Piccinin da Prata a couvert les terrains de toutes les révolutions du Printemps arabe. Avec l’envoyé spécial su quotidien italien La Stampa, Domenico Quirico, il a été, entre autres, retenu en otage, d’avril à septembre 2013, par les brigades islamistes al-Farouk.

Par Vanessa Matz
Députée de Liège au Parlement fédéral
  Programme
Apéritif à 18h00
Exposé suivi du lunch-débat de 18h15 à 20h30
Pierre Piccinin da Prata
Historien et politologue, enseignant et reporter de guerre, spécialiste du monde arabo-musulman

La rencontre se tient a la salle des professeurs dans le bâtiment du Rectorat de l’Université de Liège, place du XX août, 7, 1er étage (accès par la grande entrée : parcours fléché).

Participation aux frais : 10 € (à régler sur place); 2 € pour les étudiants
Inscription nécessaire trois jours ouvrables à l’avance (19 novembre) :
soit par téléphone : 04 344 10 89
soit par email : info@ethiquesociale.org
soit via le site internet : ethiquesociale.org

01/11/2014

Une méditation de Toussaint par Benoît XVI…

Nous célébrons aujourd'hui avec une grande joie la fête de Tous les Saints. 
En visitant une pépinière botanique, on reste stupéfait devant la variété de plantes et de fleurs, et il nous vient spontanément à l'esprit la fantaisie du Créateur qui a fait de la terre un merveilleux jardin. 
Un sentiment analogue "nous cueille" lorsque nous considérons le spectacle de la sainteté : le monde y apparaît comme un "jardin", où l'Esprit de Dieu a suscité avec une merveilleuse fantaisie une multitude de saints et saintes, de chaque âge et condition sociale, de chaque langue, chaque peuple et culture. Chacun est différent de l'autre, avec la singularité de sa personnalité humaine et de son charisme spirituel. Tous cependant portent imprimé le " sceau" de Jésus (cf Ap 7.3), c'est-à-dire l'empreinte de son amour, témoigné à travers la Croix. 

1ernovembre_lbs.jpgIls sont tous dans la joie, dans une fête sans fin, mais, comme Jésus, ce but, ils l'ont atteint en passant à travers les difficultés et l'épreuve (cf Ap 7.14), chacun affrontant sa part de sacrifice pour participer à la gloire de la Résurrection. 

La solennité de la Toussaint est venu pour affirmer au cours du premier millénaire chrétien la célébration collective des martyres. Déjà en 609, à Rome, le Pape Boniface IV avait consacré le Panthéon, le dédiant à la Vierge Marie et à tous les Martyres. 
Ce martyre, par ailleurs, nous pouvons l'entendre au sens large, c'est-à-dire comme amour pour le Christ sans réserves, amour qui s'exprime dans le don total de soi à Dieu et à ses frères. Ce but spirituel, auquel tous les baptisés sont appelés, se rejoint en suivant la voie des "béatitudes" évangéliques, que la liturgie nous indique dans la solennité de ce jour (cf Mt 5,1-12a). 

C'est la voie même tracée par Jésus et que les saints et les saintes se sont efforcés de parcourir, bien que conscients de leurs limites humaines. Dans leur existence terrestre, en effet, ils ont été pauvres en esprit, peinés pour les péchés, indulgents, affamés et désireux de justice, miséricordieux, purs de coeur, artisans de paix, persécutés pour la justice. Et Dieu les a fait participer à sa félicité : ils l'ont goûtée dans ce monde et, dans l'au-delà, ils en jouissent dans la plénitude. Ils sont maintenant consolés, héritiers de la terre, rassasiés, pardonnés, ils voient Dieu dont ils sont les enfants. En un mot : "en eux est le Règne des Cieux"(cf Mt 5,3.10). 
En ce jour, nous sentons se raviver en nous l'attraction vers le Ciel, qui nous pousse à hâter le pas de notre pèlerinage terrestre. Nous sentons s'allumer dans nos coeurs le désir de nous unir pour toujours à la famille des saints, dont nous avons maintenant déjà la grâce de faire partie. Comme le dit un célèbre chant spiritual : "Lorsque viendra la troupe de tes saints, oh comme je voudrais, Seigneur, être parmi eux ! ".

Puisse cette belle aspiration brûler en tous les chrétiens, et les aider à dépasser chaque difficulté, chaque peur, chaque tribulation! 
Mettons, chers amis, notre main dans la main maternelle de Marie, Reine de tous les Saints, et laissons nous mener par Elle vers la patrie céleste, en compagnie des esprits bienheureux " de chaque nation, chaque peuple et chaque langue" (Ap 7.9). 
Et unissons déjà dans la prière le souvenir de nos chers défunts que demain nous commémorerons

source: une méditation de Toussaint (site web Benoît et moi)