Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sauvegarde du patrimoine

  • Patrimoine : échos de la restauration de l’église du Saint-Sacrement à Liège

    Lu sur le site web du CIPAR (Centre interdiocésain du Patrimoine et des Arts) :                  

    "La 33e édition des Journées du Patrimoine en Wallonie en septembre dernier a été l’occasion d’inaugurer officiellement la première phase de la restauration de l’église du Saint-Sacrement à Liège, sise boulevard d’Avroy, face au parc du même nom (lieu de la Foire d’octobre), non loin de la statue de Charlemagne.

    Fig. 1. L’église du Saint-Sacrement à Liège de Jacques-Barthélemy Renoz. Photo de l’auteur.

    eglise_du_Saint-Sacrement_de_Liege-681x1024.jpgL’édifice actuel est de style néoclassique ; il est bâti sous la direction de l’architecte Jacques-Barthélemy Renoz (1729-1786) et achevé vers 1766. Cette nouvelle église remplace un sanctuaire consacré en 1527. Sous l’Ancien Régime, elle appartient au prieuré des Augustins et est dédiée à sainte Anne.

    La construction se signale par sa façade monumentale, son dôme à pans et sa tour carrée surmontée d’un clocheton bulbeux. Le plan s’inspire de la croix grecque, avec un corps octogonal sous coupole et un chœur de deux travées.

    Nationalisée et désaffectée à la Révolution, l’église connaît diverses destinations avant d’être acquise par des particuliers. Après restauration par l’architecte L. Demany, elle est rendue au culte en 1866 et est mise à la disposition de religieuses issues de l’Institut de l’Adoration Perpétuelle du Saint Sacrement. Les sœurs quittent Liège en 1993 et l’église se trouve à nouveau menacée de désaffectation. Pour l’éviter, l’asbl « Sursum Corda » s’en porte acquéreur en 2003 ; le culte est depuis assuré par des prêtres diocésains selon deux formes du rite romain (Missels de 1962 et de 1970).

    La première phase de la restauration (2020-2021) a porté sur la réhabilitation de la façade et du parvis, la stabilisation de la maçonnerie et des charpentes. Ces travaux ont permis une remise en état approfondie de la porte monumentale en chêne sculpté polychromé et dont chaque vantail était autrefois d’un seul tenant. Au-dessus se superposent deux bas-reliefs sculptés par Antoine-Pierre Franck (1723-1796). Le premier, en stuc, était jusqu’ici considéré comme représentant saint Jean à Patmos ; les restaurateurs proposent d’y voir plutôt la Conversion de saint Augustin.

    Fig. 2. Bas-reliefs sculptés en stuc par Antoine-Pierre Franck « saint Jean à Patmos » ou « la Conversion de saint Augustin ». Photo de l’auteur.

    eglise du saint sacrement de Liège P1000655-1024x683.jpg

    Le second, en pierre, montre saint Augustin en habit monastique, présentant deux livres et accompagné d’angelots.

    Fig. 3. Bas-reliefs sculptés en pierre par Antoine-Pierre Franck « saint Augustin en habit monastique, présentant deux livres et accompagné d’angelots ». Photo de l’auteur.

    eglise du saint sacrement de Liege P1000656-1024x683.jpg

    La restauration a été financée sur fonds propres [*] et a bénéficié d’un subside de la Région wallonne et de l’intervention du Fonds Richard Forgeur géré par la Fondation Roi Baudouin.

    Philippe Joris ".

    Ref. la restauration de l’église du Saint-Sacrement à Liège

    [*] réunis par "Sursum Corda", l'association de fidèles propriétaire de l'édifice.

    Autre écho (Vlan Spectacle) :

    Vlan (2).jpg

    Vlan high_d-20210826-GPEVRW.jpg

    Participer:

    Comment contribuer à ce beau projet ? vous pouvez faire un don fiscalement déductible pour la restauration de l’église du Saint-Sacrement en versant votre obole :

    - au compte de projet : IBAN BE10 0000 0000 0404 – BIC BPOTBEB1 de la Fondation Roi Baudouin, Rue Brederode, 21, 1000 Bruxelles

    - avec, en communication, la mention structurée (indispensable) : 128/2980/00091.

    Tout don de minimum 40 € est fiscalement déductible des revenus imposables à concurrence de 45% du montant effectivement versé (art. 145/33 du code de l’impôt sur les revenus).

    Plus de renseignements: Asbl « Sursum Corda ». Secrétariat : 04.344.10.89

    email sursumcorda@skynet.be

  • Dimanche 19 septembre 2021 à 10h00 en l’église du Saint-Sacrement à Liège : Solennité de la Fête de saint Lambert

    Patron du diocèse de Liège 

    martyre de saint Lambert téléchargement (4).jpg

    L'évêque Lambert fut assassiné un 17 septembre d'une année entre 696 et 705 que les historiens hésitent encore à fixer. Son martyre eut lieu à Liège dans la villa franque qu'il possédait sur le site de l'actuelle place Saint-Lambert. Un culte populaire du saint martyr s'y développa. Il fut favorisé par la décision de son successeur, saint Hubert, d'y transférer sa dépouille mortelle qui, dans un premier temps, avait été ramenée au siège du diocèse alors fixé à Maastricht. La dévotion jamais démentie à la mémoire de notre Saint entraîna ensuite le déplacement à Liège de la résidence officielle des évêques: un acte véritablement fondateur pour l'avenir de la Cité et ce qui deviendra, plus tard, le Pays de Liège.

    Le "dies natalis", la naissance au ciel, de saint Lambert se fête le 17 septembre de chaque année mais la solennité de cette fête peut aussi  se célébrer le dimanche qui suit : ce sera le cas en l'église du Saint-Sacrement au Bd d’Avroy, dimanche prochain 19 septembre 2021 à 10 heures, où la messe sera aussi chantée en grégorien et en plain chant liégeois. À l’orgue : Patrick Wilwerth

    DIMANCHE 19 SEPTEMBRE 2021 À 10 HEURES 

    A l'église du Saint-Sacrement

    photo-facade-eglise-st-sacrement-2.jpg

    Boulevard d'Avroy, 132 à Liège 

    Le programme des chants:

    Propre grégorien de la fête :

    Introït « Gaudeamus », graduel « Ecce sacerdos magnus », alleluia « Ego sum pastor bonus », offertoire « Posuisti » et communion « Ego sum pastor bonus »:

    Ces chants du propre de la fête sont ceux de la messe de saint Lambert en usage à Liège au XXe siècle, à partir de la réforme de saint Pie X. Il démarque lui-même une partie de la messe, beaucoup plus ancienne cette fois, du deuxième dimanche après Pâques, le dimanche du Bon Pasteur. On sait que la représentation la plus précoce du Christ dans les catacombes était celle d’un berger ayant une brebis sur ses épaules, illustration en forme d’arcane de la parabole du bon berger : d’où sa présence dans la liturgie pascale. L’adaptation de cette liturgie aux évêques martyrs est obvie, puisqu’ils ont, comme le bon berger de l’Evangile, « donné leur vie pour leurs brebis ». C’est le cas du verset alléluiatique « Ego sum pastor bonus » (1er mode) et du verset de communion sur le même texte (IIe mode). D’autres textes chantés de la messe proviennent du répertoire destiné aux fêtes d’évêques, peut-être créés en partie pour la célébration de la fête de saint Martin de Tours. Ce serait le cas du graduel « Ecce sacerdos magnus » (Ve mode) et de l’offertoire « Posuisti » (VIIIe mode). L’introït est le très célèbre « Gaudeamus » (1er mode) attesté dès le haut moyen âge et qui a tant de fois servi de « teneur » aux compositions polyphoniques ; cette page, peut-être écrite primitivement pour la commémoration du martyre de sainte Agathe, se retrouve aux fêtes de la Toussaint et de Notre-Dame.

    (D’après la notice du musicologue Carl de Nys accompagnant le disque « Plain-chant pour le millénaire de Liège ») 

    Kyriale « Cunctipotens genitor Deus » :

    Kyrie, Gloria, Sanctus, Agnus Dei et Credo IV

    Plain-chant liégeois :

    Séquence à saint Lambert "Christi nomine laetemur et Lamberto gratulemur"

    17_Sequentia_Christi_nomine_laetemur.mp3

    Cette prose ou séquence « Christi nomine laetemur » (Ve mode), qui se chante après l’alleluia, avant la lecture de l’Evangile, ne se trouve pas dans le répertoire : il s’agit plus que probablement, de l’adaptation d’un texte assez récent sur un schéma mélodique ancien en usage à Liège. 

    Hymne de la Principauté de Liège "Magna Vox",

    La  Magna vox  fut considérée comme l’hymne « national » de la Principauté de Liège. Un des derniers maîtres de chapelle de la cathédrale Saint-Lambert, Jean-Noël Hamal (Liège 1709-1778) nous en a laissé une belle version polyphonique à six voix.  En fait, il s’agit de l’antienne ad Magnificat des premières Vêpres de l'office liégeois de saint Lambert . 

    C’est cette version que l’on peut lire et  écouter ici, interprétée par des grégorianistes du diocèse:

     

  • XXXIIIe Journées du Patrimoine en Wallonie, les samedi 11 et dimanche 12 septembre 2021 : une découverte à Liège

    En l’église du Saint-Sacrement au Bd d’Avroy :

    Inauguration de la restauration d’un joyau architectural (1766)

     

    Animations « portes ouvertes »

    jp-logo-basse.pngÀ Liège, les 33e Journées du Patrimoine en Wallonie (11-12 septembre 2021) inaugurent cette année la restauration de la façade monumentale, des maçonneries et des charpentes de la nef de l’église du Saint-Sacrement: un joyau architectural de l’art néo-classique (XVIIIe siècle) à redécouvrir: au boulevard d’avroy, face à la statue équestre de Charlemagne !

    Le programme (ci-dessous) vous propose un double point de rencontre : une conférence animée par des projections audiovisuelles sur l’art et l’histoire de cet édifice emblématique (samedi 11 septembre à 16h00) et une audition concertante offerte par deux formations musicales liégeoises : le Chœur « Praeludium » et l’Ensemble instrumental « Darius » (dimanche 12 septembre à 16h00). Ces deux manifestations seront suivies d’une réception conviviale offerte à tous.

    Par ailleurs, des visites guidées s’échelonneront au cours du week-end.

    Une exposition sera également dédiée à la mémoire des religieuses du Saint-Sacrement qui se sont succédées dans le quartier d’avroy de 1866 à 1993 (samedi 11 septembre, de 10h à 12h30 & de 14h00 à 18h00, dimanche 12 septembre, de 14h00 à 18h00). 

    journées du patrimoine 2021 affiche_patrimoine2021 recto.jpg

    Vers de nouveaux chantiers 

    journées du patrimoine 2021 affiche_patrimoine2021 verso.jpgDepuis 2003, l’église du Saint-Sacrement est la propriété de l’asbl « Sursum Corda », une association de fidèles liégeois qui la rachetèrent pour la préserver de la désacralisation dont elle était alors menacée.

    « Sursum Corda » a lancé, par phases successives, un plan complet de réhabilitation de l’église, confié à l’architecte Louis Schockert (Atelier-Nord).

    Le chantier portant sur la façade monumentale, les maçonneries de la nef et des charpentes de la toiture s’est achevé au mois de juillet dernier. Les prochaines phases seront dédiées à la restauration externe du chœur et de la tour de l’église, des vitraux et, à l’intérieur, des plafonnages de la coupole de la nef.

     

    Participer

    Comment contribuer à ce beau projet ? vous pouvez faire un don fiscalement déductible pour la restauration de l’église du Saint-Sacrement en versant votre obole :

    • au compte de projet : IBAN BE10 0000 0000 0404 – BIC BPOTBEB1 de la Fondation Roi Baudouin, Rue Brederode, 21, 1000 Bruxelles
    • avec, en communication, la mention structurée (indispensable) : 128/2980/00091.

    Tout don de minimum 40 € est fiscalement déductible des revenus imposables à concurrence de 45% du montant effectivement versé (art. 145/33 du code de l’impôt sur les revenus).

     

    Tous renseignements:

    Asbl « Sursum Corda ». Secrétariat : 04.344. 10 89 email sursumcorda@skynet.be

    Dernières nouvelles :  

    affluence record à l’église du Saint-Sacrement les 11 et 12 septembre !

    Journées patrimoine IMG_2845.JPGDans le cadre de ces 33e Journées du Patrimoine wallon, près de 300 personnes (auxquelles il faut ajouter une centaine de fidèles visiteurs au sortir des messes dominicales) ont pris part aux visites guidées, conférence et audition concertante organisées pour célébrer la restauration de l’église du Saint-Sacrement, au Bd d’Avroy à Liège les 11 et 12 septembre de cette année .

    Dans son allocution de bienvenue au public, le Recteur du sanctuaire, Marc-Antoine Dor, a souligné le rôle essentiel de la Région wallonne, représentée à l’inauguration par Mme Sophie Denoël, directrice de l’AWAP et souligné l’aide très appréciée du Fonds Richard Forgeur : Monsieur Michel Forêt, président du Fonds de Gestion de cet établissement dédié à la restauration de bâtiments classés ou particulièrement significatifs situés dans la Province de Liège était également présent.

    Le Recteur a aussi tenu à exprimer la gratitude de « Sursum Corda » à la Fondation Roi Baudouin qui a aussi sélectionné ce projet pour lui ouvrir un compte auquel les donateurs peuvent souscrire en bénéficiant d’une déductibilité fiscale sur le montant de leurs revenus imposables : des dons les plus importants aux plus modestes, leurs nombreux témoignages d’intérêt ont été d’une aide très précieuse.

    Journées du Patrimoine 21 20210912_163419 (002).jpg