Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/03/2017

CELEBRATIONS OU ACTIVITES A HORAIRES FIXES

 EGLISE DU SAINT-SACREMENT 

data=LtgX-e3f8ctI3U5dJtbt7EJ1ZfRneYme,HEQtWRXl16BSLEkS8WmSbjA5Iqc-1AticrsOzKQs_2rAlPcLDjVH_ngQ-RE6HcCb5A1Ax-K0z6-V4dBaW4bYM8XS8RjlXtzP8HnhTQYz.gif

Boulevard d'Avroy, 132 à Liège

-Tous les dimanches et jours de fête d'obligation, à 10h00 messe en latin et chants grégoriens (missel de 1962) célébrée par l'abbé Jean Schoonbroodt et à 11h15 messe en français et chants grégoriens (missel de 1970) célébrée par l'abbé Claude Germeau.

 
-Tous les mardis, de 17h00 à 19h00, adoration eucharistique et confessions (vêpres grégoriennes à 17h00, chapelet à 18h00 et bénédiction du saint-sacrement à 18h45)


-Tous les jeudis, de 20h30 à 22 heures, répétition de la schola grégorienne: la schola chante le propre grégorien à la messe dominicale de 10h. Apprendre à chanter le répertoire: tel.04.344.10.89

-Le 1er samedi de chaque mois, de 14h00 à 16h00 : groupe de prière Notre-Dame de Fatima

Copie de église du st sacrement - Copie.JPG

Plus de renseignements: l. 04.344.10.89 (de l'étranger: +32.4.344.10.89)

courriel sursumcorda@skynet.be

L'église du Saint-Sacrement à Liège est un sanctuaire appartenant à l'association canonique de fidèles "Sursum Corda". La desserte pastorale de ce sanctuaire est confiée à deux prêtres diocésains: l'abbé Jean Schoonbroodt, chapelain et président de l'association ainsi que l'abbé Claude Germeau, directeur du foyer d'accueil des jeunes à Herstal.

10:01 Publié dans Agenda | Lien permanent | Commentaires (2)

20/02/2017

Liège, église du Saint-Sacrement : messe et imposition des cendres le mercredi 1er mars 2017 à 18h00

Ouverture du carême 2017

EGLISE  DU SAINT-SACREMENT

Boulevard d’Avroy, 132, à Liège 

MERCREDI 1er MARS À 18 HEURES

MESSE ET IMPOSITION DES CENDRES

04-Ceremonie-des-cendres.jpg

par l’abbé Claude Germeau

Chants grégoriens et Motets traditionnels

Repons « Emendemus » de la procession des cendres

Kyriale XVIII

Extraits du propre de la messe « Misereris »

Chant des psaumes 50 (latin) et 129 (français)

  Hymne du carême 

 schola, orgue (Mutien-Omer Houziaux ) et violoncelle (Octavian Morea)

Possibilité de se confesser 

Plus d’information : tel 04.344.10.89 (secrétariat) ou sursumcorda@skynet.be 

Comme toute fête du calendrier chrétien, le mercredi des cendres, par lequel débute le carême,  se situe en référence à la fête des fêtes qu’est Pâques qui célèbre le passage de la mort à la résurrection du Christ. Fête tellement importante qu’elle est célébrée durant cinquante jours (de là vient le mot Pentecôte), et qu’elle est précédée d’une préparation de quarante jours. Le mot "carême" est la contraction du mot latin quadragesima, qui signifie quarantième -sous-entendu : jour, le quarantième jour étant le jour de Pâques.

Cette préparation est un temps de cheminement spirituel, tout entier orienté vers Pâques, pour ceux qui se préparent à être baptisés à la veillée pascale et pour tous les fidèles. Il est marqué par le jeûne (privation), la prière et le partage (charité, solidarité), et pas seulement comme pratique à observer - d’ailleurs le plus discrètement possible mais véritable démarche spirituelle. La durée de quarante jours est à mettre en relation avec les 40 jours de Jésus au désert précédant sa vie publique, eux-mêmes en relation symbolique avec les quarante ans de traversée du désert par les Hébreux avant l’entrée en Terre promise.

C’est pour tenir les quarante jours de jeûne et de privation, en dehors des dimanches qui sont toujours jour de fête et de résurrection - même en temps de Carême - que le début de celui-ci fut avancé au mercredi avant le 1er dimanche de carême. La cendre évoque la faiblesse de l’homme (cf. Genèse 3, 19 "Souviens-toi que tu es poussière…"), elle évoque aussi le péché et la fragilité de l’homme (cf. Sagesse 15, 10 ; Ézéchiel 28, 18 ; Malachie 3, 21) et son regret du péché (cf. Judith 4, 11-15 ; Ézéchiel 27, 30). Pour les chrétiens, l’imposition des cendres est, avant tout, un rite pénitentiel dont la signification est portée par la phrase que prononce le prêtre en faisant le geste : "Convertissez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle." (Marc 1, 15).  

Psaume 50 (Miserere) 

Hymne du carême « Attende Domine » : 

 

Saint Césaire d'Arles, Ve siècle:

"Ne tarde pas, dit le Seigneur, convertis-toi à Dieu, et ne diffère pas de jour en jour." Ce sont les paroles de Dieu et non les miennes; vous ne les avez pas entendues de moi, mais moi je les entends avec vous : "Ne tarde pas, dit-il, convertis-toi au Seigneur." Mais toi tu réponds : "Demain! demain!" (dans le latin du texte : "Cras! cras!") Quel croassement de corbeau! Comme le corbeau envoyé de l'arche n'y est pas revenu et, maintenant qu'il est vieux, dit encore : Demain! demain! C'est le cri du corbeau : tête blanche et coeur noir. Demain! demain! c'est le cri du corbeau : le corbeau n'est pas revenu à l'arche, la colombe est revenue. Qu'il se perde donc, le croassement du corbeau, et que se fasse entendre le gémissement de la colombe." 

18/02/2017

Carême 2017: double initiative de la Fraternité Saint-Pierre

 Témoignage de l'association Mère de Miséricorde

 http://www.meredemisericorde.org/qui-sommes-nous/

A Banneux, le samedi 18 mars:

"journée des familles" autour du thème de la femme, sa vocation, son être et comment elle peut l'être au XXIème siècle. Avons-nous conscience que la femme est au coeur de la famille, donc de la société ? Si la société va si mal, ne serait-ce pas parce que la femme ne peut plus vraiment assumer ce rôle car elle doit faire face à tout ? Cette journée, chez la Sainte Vierge des Pauvres à Banneux est ouverte à toutes nos familles et plus largement à toutes celles que vous pourrez inviter.

Journée des familles 2017.3-page-001.jpg

A Herstal, le dimanche 19 mars:

à l'église de la Licour (Place de la Licour 4040 Herstal), rencontre consacrée à la femme mais dans une blessure et une souffrance spécifiques et souvent profondément cachées et d'autant plus douloureuses mais aussi parfois niées : celles de l'avortement ou plus généralement de l'enfant non-né (fausse-couche et mort in utero). Si l'avortement est un tabou dans notre société, la souffrance post-avortement l'est plus encore.Rarement les femmes ou les jeunes filles sont averties de cette souffrance avant de commettre l'irréparable...

Carême 2017.3-page-001.jpg