Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Réflexion faite - Page 49

  • Lunch débat avec Francis Delpérée à l’Ulg le 24 juin 2015 : Quelle place pour la famille dans la Constitution ?

    A l’Université de Liège, le mercredi 24 juin 2015 à 18h00 :

    34641307.jpgtéléchargement.gif

    Quelle place pour la famille dans la Constitution ?

    Lunch-débat animé par le Baron Francis Delpérée

     

    ulg_24juin.jpg

    Le juriste d’aujourd’hui a envie de dire « Familles, je ne vous reconnais plus . Les figures d’antan et les familles de Balzac ont, pour une part, disparu. Elles se démultiplient en même temps que leurs contours se brouillent. D’où cette première question qui brûle les lèvres. Qu’est la famille devenue — que j’avais de si près tenue et tant aimée, aurait dit Villon — ? Comment l’identifier à l’heure actuelle ? Comment, au juste, la composer ? Que dit, aujourd’hui, la Constitution de la famille ? Que devrait-elle dire demain ? De manière concrète, quelles dispositions constitutionnelles y aurait-il lieu de proposer au cours de la présente législature ?

    Le Groupe éthique sociale et l’Union des étudiants catholiques de Liège organisent sur ce thème le lunch débat qui clôture leur cycle de rencontres 2014-2015 consacré à la famille. La manifestation sera animée par le baron Francis Delpérée, professeur émérite à l’université catholique de Louvain, membre de l’académie royale de Belgique et membre  de la chambre des représentants. Elle aura lieu  le mercredi 24 juin prochain à 18 heures à l’Université de Liège, bâtiment du Rectorat , Place du XX août 7, (salle des professeurs, 1er étage), 4000 Liège. En raison de travaux en cours place du XX août, l’accès au bâtiment se fait par la place Cockerill (parcours fléché). 

     

    Participation aux frais : 10 € (à régler sur place); 2 € pour les étudiants

    Inscription nécessaire trois jours ouvrables à l’avance (samedi 20 juin 2015) :

    soit par téléphone : 04 344 10 89

    soit par email : info@ethiquesociale.org

    soit via notre site internet:http://www.ethiquesociale.org/conference/quelle-place-pour-la-famille-dans-la-constitution/

  • Liège, 4-7 juin 2015 : Triduum de la Fête-Dieu

     

    VE PN 95341.jpg

    11393082_780384552074835_4370886234557960986_n.jpg11243458_780384825408141_1935641138016087474_n.jpg

    11113614_780384795408144_2588173728640568590_n.jpg11391247_780385155408108_2227127787368525936_n.jpg

    11425829_780385152074775_5286209888341809480_n.jpg11412199_780384962074794_1050646091713104033_n.jpg

    11407301_780384752074815_1247228091556620875_n.jpg390473145.JPG

    Après la procession radieuse (voir ici et photos ci-dessusorganisée le jeudi 4 juin, depuis les hauteurs du Publémont jusqu’à la Cathédrale, au soir même de la messe de la Fête célébrée à la basilique Saint-Martin, les plus fervents ont pu se retrouver le vendredi 5 juin pour une adoration eucharistique qui se déroula sans discontinuité de 9h00 à 17h00 dans la chapelle des chanoines de Saint-Paul.

    Et le samedi soir 6 juin à 18h00, plus de trois cents liégeois se sont encore retrouvés à l’église du Saint-Sacrement, au Boulevard d’Avroy, pour assister à la messe solennelle célébrée selon la forme extraordinaire du rite romain, par l’evêque de Liège, Monseigneur Delville. Deux chorales, la Rheinische Frauwenschola de Wiesbaden (dir. Ximena Gonzáles)  et l’Ensemble vocal « Praeludium » de Liège (dir. Patrick Wilwerth) ont animé la célébration, en  alternant  avec brio les mélodies grégoriennes, le plain-chant liégeois et de superbes polyphonies inspirées par la liturgie de saint Jean Chrysostome.

    La cérémonie s’est terminée par la bénédiction du Saint-Sacrement ponctuée par le « tantum ergo liégeois », chanté avec conviction par toute l’assemblée, et la vénération populaire des reliques de sainte Julienne de Cornillon, initiatrice de cette fête aujourd’hui universelle mais  née à Liège en 1246. Un moment de convivialité s’en est suivi jusqu’à 22h00  

    La célébration au Saint-Sacrement: quelques photos 

    IMG_7429.JPG

    IMG_7425.JPG

    IMG_7423.JPG

    IMG_7400.JPG

    IMG_7402.JPG

    IMG_7417.JPG

    IMG_7411.JPG

    IMG_7413.JPG

    IMG_7407.JPG

    IMG_7432.JPG

    IMG_7410.JPG

    IMG_6589.JPG

    L'homélie de l'évêque à Saint-Martin et au Saint-Sacrement: 

    Chers Frères et Sœurs, 

    Cette année, un grand hasard fait que la Fête-Dieu tombe le même jour que la mémoire liturgique de la bienheureuse Ève de Saint-Martin, qui était recluse dans une maisonnette accolée à cette église Saint-Martin, du côté gauche. Ève, vous le savez, était une amie intime de saint Julienne de Cornillon (1193-1258), qui fut l’instigatrice de la Fête-Dieu, la fête du Saint-Sacrement du corps et du sang du Christ. Ève avait choisi de mener une vie de prière à l’ombre de la collégiale. Elle disposait d’une recluserie : c’était une petite maison avec une chambre à l’étage, où Julienne pouvait loger de temps en temps. Ève pouvait entrer dans l’église, y prier et aider à l’entretien. Elle était en relation directe avec les chanoines et conversait régulièrement avec eux, en particulier avec Jean de Lausanne, qui sera rapidement acquis à la cause de la célébration de cette nouvelle fête. Grâce à Ève, sainte Julienne pourra consulter à ce sujet des personnsages importants comme Jacques Pantaléon de Troyes, archidiacre de Campine, le futur pape Urbain IV ; puis Hugues de Saint-Cher, provincial des dominicains, futur cardinal et légat du pape ; et enfin l’évêque Robert de Thourotte, qui officialisera la fête en 1246 pour le diocèse de Liège. C’est donc grâce à Ève que Julienne sera connue et prise au sérieux.

    Ève avait une vue spirituelle intense. Elle reçut dès le début la révélation dont bénéficiait Julienne : la lune à laquelle il manquait une fraction (symbole de l’hostie, pain rompu, en l’honneur de laquelle Julienne avait rêvé d’une nouvelle fête ; celle-ci sera placée le jeudi après la Trinité, c’est-à-dire quelques jours après la 3e pleine lune de printemps ; c’est pourquoi ce soir, vous pourrez admirer dans le ciel la lune à laquelle il manque une fraction). Eve a donc suivi l’évolution spirituelle de Julienne, elle a connu tous les tracas qui lui étaient fait, elle l’a même accueillie dans sa recluserie quand Julienne était chassée de Cornillon. Eve a soigneusement retenu et noté tous ces faits. La chronique qu’elle a écrite en vieux français est la base de la Vita latine de Sainte Julienne, comme en témoigne le rédacteur resté anonyme. Ève était donc une femme lettrée et cultivée. Elle était une véritable maîtresse spirituelle pour Julienne.

    Après la mort de Julienne en 1258, c’est Ève, qui avec les chanoines de S.-Martin, continuera le combat pour la promotion de la Fête du Saint Sacrement. Quand le pape Urbain IV étendit la fête à l’Eglise universelle en 1264, il adressa à Ève une lettre personnelle pour lui présenter la bulle d’institution de la Fête-Dieu. Fait rarissime au moyen âge : un pape écrit publiquement à une simple femme ! 

    « Nous savons, ô fille, que votre âme a désiré d'un grand désir qu'une fête solennelle du Très Saint Corps de Notre Seigneur Jésus-Christ soit instituée dans l'Eglise de Dieu (...). Réjouissez-vous parce que Dieu tout-puissant vous a accordé le désir de votre cœur et la plénitude de la grâce céleste ne vous a pas privée de la volonté que vos lèvres avaient exprimée. » 

    Cette lettre est la preuve de l’importance qu’Ève avait acquise dans l’Eglise. Elle est morte dans la recluserie de cette église le 14 mars 1265 et a été enterrée au fond de l’église même : nous fêtons donc le 750e anniversaire de sa mort. Tout cet épisode nous montre le rôle des femmes dans l’Église, à travers leur sensibilité à la présence du Christ dans leurs vies. Car, c’est la communion au Christ que Julienne veut promouvoir par l’instauration d’une fête pour l’eucharistie. C’est le lien concret et actuel avec Jésus. 

    Jésus en effet a voulu que nous restions en communion avec lui, après sa mort et sa résurrection. C’est pourquoi, à la veille de sa mort, il a partagé le repas avec ses disciples. L’évangéliste Marc, nous venons de l’entendre, a raconté dans le détail la préparation de ce repas et le soin mis par Jésus à le faire préparer (Mc 14,12-26). Durant le repas, Jésus a pris le pain, l’a rompu et a dit une phrase étonnante : « Prenez, ceci est mon corps ». Il a donc partagé son corps, c’est-à-dire toute sa vie, comme on partage le pain, afin que nous soyons unis à lui et que notre vie se nourrisse de sa vie. Ensuite Jésus, après avoir fait passer la coupe de vin, insiste sur son sang : « Ceci est mon sang, dit-il, le sang de l’Alliance, versé pour la multitude ». Jésus en effet allait verser son sang, donner sa vie, à travers la passion et la mort qui lui ont été infligées le lendemain. 

    Cela nous fait penser à tous ceux qui versent leur sang aujourd’hui, tous ceux qui souffrent de la violence, tous ceux qui sont malades ou mourants.
 Chaque fois que j’entends annoncer à la radio ou à la TV : « un mort dans tel attentat », « x morts dans tel bombardement », « autant de morts dans le naufrage d’un bateau d’immigrés dans la Méditerranée », je me dis : que de morts anonymes, que de personnes victimes de la violence qui resteront à tout jamais inconnues. Jésus les a en quelque sorte représentées dans sa mort, en annonçant qu’il versait son sang pour la multitude. Jésus veut tirer de l’oubli ceux qui meurent seuls et abandonnés et nous ouvrir les yeux sur eux, comme il nous a ouvert les yeux sur le sens de sa mort. En cette Fête-Dieu, nous sommes donc sollicités à être solidaires de ceux qui meurent aujourd’hui de manière injuste, comme Jésus est mort de manière injuste. Et nous sommes sollicités à faire de notre vie un don pour travailler à un monde meilleur. Car Jésus ne nous laisse pas dans l’abandon ou la résignation face à la mort. Il ajoute : « Je ne boirai plus du fruit de la vigne jusqu’au jour où je le boirai, nouveau, dans le Royaume de Dieu ». Jésus nous promet le vin nouveau du Royaume de Dieu. En effet, son message et sa vie sont si parfaits qu’ils ne peuvent sombrer dans l’oubli. Ils sont des grâces pour nous aujourd’hui. Ils sont nourritures pour nous aujourd’hui. Comme dit la Lettre aux Hébreux : « Ce don de soi purifie nos consciences des actes de mort pour que nous puissions célébrer le culte du Dieu vivant ». Oui, nous allons célébrer avec joie le culte du Dieu vivant dans cette eucharistie et nous aller cheminer en peuple saint au cœur de la ville pour vivre comme un peuple en marche et un peuple dans la joie.

    Amen. Alleluia !

    +Jean-Pierre Delville, Evêque de Liège

  • A l’Université de Liège, le mardi 26 mai 2015 : Regards croisés des religions monothéistes sur la famille

    images (2).jpg

    Judaïsme, Christianisme et Islam : quel regard les trois grandes religions monothéistes portent-elles sur la famille ? ce mardi 26 mai, une centaine d’invités ont pris part au lunch-débat organisé sur ce thème à l’université de Liège par le groupe Ethique sociale et le Cercle inter-facultaire de l’Union des étudiants catholiques.

    Trois orateurs ont pris successivement la parole : Albert Guigui, grand rabbin de la communauté israélite de Bruxelles, Renée Toussaint, professeur de philosophie au séminaire de Namur et Radouanne Attiya, assistant à l’université de Liège (service de langue arabe, des études islamiques et de l’histoire de l’art musulman). Les échanges étaient modérés, avec intelligence et diplomatie, par le chanoine Armand Beauduin, ancien secrétaire général de l’enseignement catholique.

    11220072_925969127446618_8529644565881435913_n.jpgPremier orateur, le grand rabbin de Bruxelles Albert Guigui a fait  observer que l’étymologie du texte hébraïque de la Genèse présente la femme à la fois comme aide et opposée à l’homme.

    Pluralité et unité sont donc présentes à la racine du couple : elles postulent une connaissance mutuelle non pas du même mais de l’autre. Cette harmonie recherchée des contraires doit s’inscrire dans la logique du don et de la gratuité, seule capable de fonder un lien matrimonial durable.

    Ce qui caractérise la crise actuelle du couple, c’est l’absence d’une réelle connaissance de l’autre, qui débouche sur l’incompréhension, le conflit, l’échec, le divorce. Le  mariage ne peut se réduire à un contrat, un donnant-donnant qui induit d’incessantes revendications. Il puise sa force dans la capacité de donner sans attendre de retour, pour permettre une adaptation à l’autre, comme le symbolise l’eau qui épouse les formes  du puits auprès duquel nombre d’unions bibliques se sont nouées.

    Le rôle de la femme est déterminant dans la tradition familiale juive puisque la transmission de la judaïté se fait par elle : son avenir dépendant donc des femmes.  Et ce sont elles qui allument les lumières du Shabbat autant que la morale et les valeurs du judaïsme.

    auton26-048c1.jpgDeuxième intervenant : Mme Toussaint, professeur au séminaire de Namur, prend appui sur la Parole du Christ. L’institution du mariage est antérieure à cette Parole mais le Christ évoque le mariage pour insister sur l’importance du lien conjugal que Dieu réalise et que l’homme ne doit pas séparer (Mt. 19).

    Jésus renvoie à l’origine, au livre de la Genèse, où se trouvent deux récits de la création.  Dans le premier, Dieu dit : faisons (au pluriel : Dieu est trine) l’humain à notre image. Dans le second,  l’homme s’exprimant pour la première fois, s’émerveille de la présence de celle qui lui est donnée comme compagne : il advient comme homme (avec le langage) parce qu’il a sa femme en face de lui. Ainsi, sont-ils deux personnes radicalement différentes mais de même nature, participant à une réalité unique et binaire à la fois. Ils constituent deux espèces distinctes et non deux types culturels : la différence sexuée est constitutive de ce que sont l’homme et la femme.  Leur rencontre apporte une surabondance d’humanité , une richesse d’amour, qui se prolonge dans l’enfant à naître de cette relation : union et procréation sont intimement liées. Par essence, le mariage est, en quelque sorte, un « sacrement naturel » de l’union, surabondant par le don de la vie que les parents sont invités à exercer de façon responsable (cfr l’encyclique « Humanae vitae »).

    Responsables parce que libres, l’homme et la femme ont pu aussi blesser et rompre l’alliance voulue par Dieu. Ainsi, le péché d’origine a-t-il aussi blessé leur union comme sacrement de l’alliance. De cette rupture procède l’institution civile du mariage, avec ses limites, telles que la polygamie ou le remariage.

    L’ordre que Jésus restitue pour un monde nouveau est celui de la grâce qui s’exprime, notamment, par l’union sacramentelle de l’homme et de la femme. Ce sacrement rend possible le pari initial d’une fidélité indissoluble : « ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas » car, selon la Parole du Christ, ce qui est impossible à l’homme est possible à Dieu.

    attiya-440x300.jpgPour le troisième intervenant, M. Radouanne Attiya, assistant et doctorant à l’université de Liège,  il est difficile de parler d’une doctrine de la famille dans l’islam qui, en cette matière, se faufile entre judaïsme et christianisme. Des textes coraniques, on peut tirer deux choses :

    - D’une part, la subjectivité de l’homme et celle de la femme sont mises sur le même pied, ce qui induit une égalité au sens religieux et sotériologique : mêmes droits et mêmes devoirs devant l’Eternel ;

    - D’autre part, une inégalité, au profit de l’homme, sur le plan juridique et social. Mais l’islam a fait évoluer la famille qui était à l’origine purement clanique pour faire du mariage un élément  médiateur entre l’homme et la cité : l’amour, l’affection, la compassion, la tendresse sont prises en compte dans le Coran, où la femme est présentée comme « le miroir de l’homme ». Il s’en dégage une éthique de la famille, une moralisation, attentive notamment à la progéniture et à la transmission : même si l’évolution sociale vers la monogamie n’est pas totalement aboutie.          

    Les trois orateurs se rejoignent pour voir dans la sécularisation actuelle un défi qui tend à faire disparaitre la dimension religieuse de l’existence, conduisant à vivre comme si Dieu n’existait pas.

    JPS