Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/06/2016

Eglise du Saint-Sacrement à Liège : confessions et adoration tous les mardis

 

confession st sacrement432.jpg 

Litanies du Très Saint Sacrement

 

Seigneur, aie pitié de nous.                                               (bis)

O Christ, aie pitié de nous.                                                (bis)

Seigneur, aie pitié de nous.                                               (bis)

O Christ, écoute-nous.                                                       (bis)

O Christ, exauce-nous.                                                      (bis)

Père du ciel, Seigneur Dieu,                                              aie pitié de nous.

Fils, Rédempteur du monde, Seigneur Dieu,                 

Esprit Saint, Seigneur Dieu,                                               

Sainte Trinité, un seul Dieu,                                              

 

Pain de Vie descendu du ciel,                                           aie pitié de nous.

Dieu caché et Sauveur,                                                     

Froment des élus,                                                               

Hostie sainte,                                                                      

Hostie vivante,                                                                   

Hostie agréable à Dieu,                                                     

 

Aliment des anges,                                                            

Manne cachée,                                                                   

Victime sacrificielle pure,                                                

Sacrifice perpétuel,                                                           

Agneau sans tache,                                                            

Table très pure,                                                                  

 

Nourriture et convive,                                                      

Calice de bénédiction,                                                      

Prêtre et victime sacrificielle,                                          

Mystère de foi,                                                                   

Sacrement de piété,                                                           

Lien de charité,                                                                  

 

Mémorial des merveilles de Dieu,                                  

Pain supersubstantiel,                                                       

Sacrifice non sanglant,                                                     

Mystère très saint et très auguste,                                   

Baume divin de l’immortalité,                                         

Principal secours de grâces,                                             

 

Sacrement éminent et vénérable,                                    

Sacrifice le plus saint entre tous,                                    

Verbe fait chair, habitant parmi nous,                            

Céleste remède qui nous préserve des péchés,             

Commémoraison très sacrée de la Passion du Seigneur,      

Miracle étonnant plus que tous les autres,                                                                                                       

Don transcendant toute plénitude,                                  

Mémorial principal de l’amour divin,                            

Trésor infini des richesses de Dieu,                               

Sacrement infiniment respectable et qui donne la vie,

Réfection des âmes saintes,

Festin très doux où servent les anges,                            

 

Sacrifice véritablement propitiatoire pour les vivants et les défunts,             

Viatique de ceux qui meurent dans le Seigneur,          

Gage de la gloire future,                                                    aie pitié de nous.

 

Sois-nous favorable,                                                          délivre-nous, Seigneur.

De l’indigne réception de ton Corps et de ton Sang,    

De la concupiscence de la chair,                                     

De la concupiscence des yeux,                                       

De l’orgueil de la vie,                                                       

De toute occasion de péché,                                            

 

Par le désir dont tu as désiré manger cette Pâque avec tes disciples,              

Par la très grande humilité avec laquelle tu as lavé les pieds de tes disciples,

Par la très ardente charité avec laquelle tu as institué ce divin Sacrement,   

Par votre précieux Sang que tu nous as laissé sur l’Autel,  

Par les cinq blessures de ton Corps très sacré que tu as assumé pour nous,

                                                                                               délivre-nous, Seigneur.

 

Pécheurs,                                                                              nous t’en prions, écoute-nous.

Daigne accroître et conserver en nous la foi, le respect et la dévotion envers cet admirable Sacrement,                                                                                              

Daigne nous conduire à un fréquent recours à l’Eucharistie par une véritable confession de nos péchés,                                                                                              

Daigne nous libérer de toute hérésie, infidélité et aveuglement du cœur,      

Daigne nous accorder les fruits précieux et célestes de ce très saint Sacrement,                       

Daigne nous renforcer et nous protéger par ce céleste viatique à l’heure de notre mort,         

Jésus, Fils de Dieu,                                                             nous t’en prions, écoute-nous.

 

Agneau de Dieu, qui enlèves les péchés du monde,     épargne-nous, Seigneur.

Agneau de Dieu, qui enlèves les péchés du monde,     écoute-nous, Seigneur.

Agneau de Dieu, qui enlèves les péchés du monde,     aie pitié de nous.

Christ, écoute-nous.                                                          

Christ, exauce-nous.

 

Prions

O Dieu, qui, dans cet admirable Sacrement, nous as laissé le mémorial de ta Passion, donne-nous de vénérer d’un si grand amour les mystères de ton Corps et de ton Sang que nous puissions recueillir sans cesse le fruit de ta Rédemption. Toi qui vis.

 

Traduction privée du texte promulgué le 30 mai 2013

Association Totus Tuus : 12 bis rue Sala 69002 Lyon

 

01/06/2016

Plain-Chant sur Liège le samedi 11 juin 2016 : « Eia ! Mater », un florilège vocal dédié à la Mère de Dieu : concert à l’église des Bénédictines (16h) et messe chantée à l’église du Saint-Sacrement (18h).

« Eia ! Mater »

             Plain-Chant sur le Boulevard d'Avroy à Liège                

benedictines liege.jpg

   église des Bénédictines  

Copie de église du st sacrement.JPG

          église du Saint-Sacrement           

le samedi 11 juin 2016

Plain-chant, diaphonies et faux-bourdons sur le Boulevard d’Avroy à Liège, le samedi 11 juin prochain, à l’abbaye des Bénédictines (Bd d'Avroy, 54, 16h00) et à l’église du Saint-Sacrement (Bd d'Avroy,18h00), avec les élèves de l’Académie de chant grégorien (dir. Maurice Besonhé), l’Ensemble vocal parisien « Livre Vermeil » (dir. Alicia Santos) et Thomas Deserranno (orgue). Au programme : Messe et Vêpres grégoriennes de la Vierge Marie, Extraits de Livre Vermeil de Montserrat (XIVe s), motets médiévaux et proses gallicanes. Entrée libre et réception ouverte à tous à l’issue de la manifestation.

journée_grego_11 juin_affiche.jpg

Renseignements : tel. 04.344.10.89 ou  academiedechantgregorienliege@proximus.be

 

30/05/2016

Solennité de la Fête-Dieu 2016 célébrée à Liège selon la forme extraordinaire du rite romain : l’évêque du diocèse souligne la richesse de la liturgie ancienne et la beauté des chants latins.

Mgr Delville.jpgA l’occasion de la Fête-Dieu 2016 à Liège, l’évêque du diocèse,  Mgr Jean-Pierre Delville, s’est rendu le samedi 28 mai à l’église du Saint-Sacrement au Boulevard d’Avroy, où il a célébré la Solennité de la Fête selon  la forme extraordinaire du rite romain. Plus de trois cents fidèles  ont pris part à cette messe festive que rehaussaient les chants grégoriens de la Schola  « Clamaverunt iusti » de Varsovie, dirigée par  Michal Slawecki, chef du chœur de l’université polonaise Cardinal Stefan Wyszyński . Son homologue du chœur universitaire de Liège, Patrick Wilwerth, lui fit écho à la tête de l’Ensemble  vocal liégeois« Praeludium » qui interpréta des motets polyphoniques anciens dédiés à l’Eucharistie. La célébration s’est terminée par la bénédiction du Saint-Sacrement et la vénération des reliques de sainte Julienne de Cornillon, suivies d’un vin d’honneur auquel  Mgr Delville a pris part en parcourant la foule des participants. Au cours de l’homélie de la messe, axée sur le thème de l’eucharistie miséricordieuse, l’évêque de Liège a bien voulu souligner en ces termes la pertinence de l’action entreprise par la communauté de l’église du Saint-Sacrement : « L’évangile de la multiplication des pains se termine par : « on ramassa les morceaux qui leur restaient : cela faisait douze paniers ». Douze: le chiffre des tribus d’Israël, le chiffre des disciples, le symbole de l’Église. C’est dans la communion ecclésiale que la communion au Christ donne ses fruits. Nous avons célébré ici dans cette église du Saint-Sacrement, où la communauté a voulu garder la richesse de la liturgie ancienne et la beauté des chants latins. Ainsi cette église est comme l’un des douze paniers qui composent l’Église et qui alimentent l’humanité ! »

Voici le texte intégral de cette homélie :

« Chers Frères et Sœurs,

La Fête-Dieu de cette année est placée sous le signe de la miséricorde. Miséricorde signifie « avoir du cœur » pour celui qui est dans la misère ou la pauvreté « miséricorde ». Il s’agit de partager mes faibles moyens, mes propres pauvretés, avec celui qui est dans la difficulté et dans la faim.

Ainsi à la dernière cène (1 Cor 11,23-26), face à la souffrance et à la mort, Jésus partage le pain et le vin. Face à la pauvreté de sa vie, à l’échec apparent de sa mission, face à la pauvreté des disciples qui vont se sentir abandonnés, Jésus ne baisse pas les bras, il ne tombe pas dans la déprime, encore moins dans la fuite. Il partage le peu qu’il a, le pain et le vin, en disant qu’ils sont son corps et son sang. Ils représentent une vie fragile, une vie qui va être enlevée. Mais ils représentent en même temps un partage de cette vie : prenez et mangez-en, buvez-en tous : ceci est mon corps, ceci est mon sang, dit Jésus. C’est comme à la multiplication des pains, qui avait commencé avec 5 pains et 2 poissons pour 5000 hommes : la pauvreté des moyens, quand elle est partagée, devient source de vie et de salut (Lc 7,11-17). Le corps et le sang du Christ, donnés en communion, nous associent à sa vie, à sa mort et à sa résurrection. Notre pauvreté est dépassée, nous sommes rassasiés, comme la foule au désert ; nous recevons une vie nouvelle, par notre communion à la pauvreté du Christ.

Encore aujourd’hui, on pourrait se moquer de l’eucharistie et dire : « Mais ce n’est qu’un bout de pain, que voulez-vous que cela fasse ? Pourquoi le vénérez-vous tellement ? » Et pourtant nous déployons toute une liturgie, toute une vénération et tout un faste, comme ce soir, pour ce bout de pain. Pourquoi ? Parce que c’est la pauvreté partagée par le Christ, et ce partage nous révèle sa divinité. Dieu est dans ce partage de la pauvreté et nous communique sa divinité. 

Cette communion nous invite à l’action concrète, elle nous invite aux œuvres de miséricorde. Comme disait Jésus : « Donnez-leur vous-mêmes à manger ! » Et pour éclairer cela, le cardinal Oscar Maradiaga nous disait mardi dernier à la cathédrale : « Il existe un lien intime et indissoluble entre l'eucharistie et la charité, entre la présence eucharistique et la mission, entre l'adoration et la justice sociale ». Cet engagement nous pousse à l’action et, au-delà même des premiers gestes de charité, il nous pousse à agir sur les structures injustes de notre monde. Comme disait le cardinal Maradiaga : « Satisfaire la faim, implique également de découvrir les raisons de la faim et de travailler pour briser les chaînes qui maintiennent les plus pauvres piégés dans la pauvreté ». Une œuvre de miséricorde est de visiter les prisonniers. « Nous sommes invités à visiter ceux qui sont des criminels, qui parfois ont commis des crimes graves », ajoutait-il . C’est particulièrement urgent dans notre pays avec la crise des prisons. L’opinion publique a tendance à mépriser les prisonniers. J’entendais dire à la TV la réaction suivante : « Les prisons ne sont quand même pas des clubs Med ! » Ce genre de réflexion va contre l’évangile. On doit reconnaître la valeur de tout homme, même prisonnier. Nos équipes d’aumôniers de prison sont engagées à fond dans l’aide aux prisonniers ces jours-ci ; les membres de l’aumônerie vont eux-mêmes distribuer des repas aux prisonniers, sans négliger la situation des gardiens ; et je les félicite pour leur engagement. Une autre pauvreté partagée est celle de visiter les malades ; « le Christ s'identifie avec ces personnes malades, quand nous les visitons ; c’est donc lui que nous visitons sous une autre apparence, et nous mêmes, nous obtenons aussi une guérison », disait le cardinal Maradiaga. Nous rejoignons l’intuition de sainte Julienne de Cornillon qui, au 13e siècle, était d’abord au service des malades comme directrice d’un hôpital, la léproserie de Cornillon, avant d’être aussi la promotrice de la fête du Saint-Sacrement, fête destinée à favoriser l’union du chrétien au Christ par la communion eucharistique.

Frères et Sœurs, cette pauvreté partagée, cette communion, est un secret de vie. Jésus nous dit (Jn 6,56-59) : « Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi et moi en lui. » « Celui qui mange ce pain vivra éternellement ». C’est dans communion au Christ que nous trouvons la vraie vie. Cette communion au Christ passe par le canal de l’Église. Ainsi l’évangile de la multiplication des pains se termine par : « on ramassa les morceaux qui leur restaient : cela faisait douze paniers ». Douze : le chiffre des tribus d’Israël, le chiffre des disciples, le symbole de l’Église. C’est dans la communion ecclésiale que la communion au Christ donne ses fruits. Nous avons célébré ici dans cette église du Saint-Sacrement, où la communauté a voulu garder la richesse de la liturgie ancienne et la beauté des chants latins. Ainsi cette église est comme l’un des douze paniers qui composent l’Église et qui alimentent l’humanité ! 

Alors recevons avec foi le corps du Christ qui nous est donné en communion et soyons des témoins de la vraie vie dans notre monde !

Amen ! Alleluia ! »

Voir aussi le site cathobel sur cette même célébration: 

Mgr Delville célèbre la Solennité de la Fête-Dieu