Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/05/2020

Communiqué de presse des évêques de Belgique : le 3 juin 2020 le Conseil national de Sécurité décidera de la date et des conditions dans lesquelles la célébration publique du culte sera à nouveau autorisée

« Nous traverserons ensemble la crise du coronavirus

conference_episcopale_de_belgique-300x170-1.jpgLe 3 juin, le Conseil national de Sécurité décidera de la date où tous les cultes de notre pays pourront à nouveau se réunir pour tenir des services religieux. Entretemps, les mesures de sécurité qui devront être appliquées, ont été approuvées. Elles seront transmises dès aujourd’hui à tous les responsables pastoraux locaux. Ils pourront ainsi entreprendre les préparatifs nécessaires à la reprise des célébrations.

Ce weekend, nous célébrons la grande fête de la Pentecôte. Nous ne pourrons pas encore la célébrer ensemble dans nos églises, mais cela ne nous empêchera pas de prier le Père d’envoyer son Esprit sur l’Église et sur le monde. Voici le fruit de l’Esprit : amour, joie, paix, patience, bonté, bienveillance, foi, douceur, maîtrise de soi, dons qui nous font grandir au service des autres.

La première phase délicate de sortie du confinement pour nos églises pourra maintenant espérons-le, débuter bientôt. Pour cette première phase, le gouvernement a fixé un nombre maximum de 100 fidèles par célébration. Une distance entre les fidèles d’1,5 mètre dans tous les sens devra également être respectée, ce qui réduira peut-être leur nombre dans les petites églises. Ce ne sera pas facile mais il y va de la sécurité et la santé de tous.

Toutes ces mesures rendront sans aucun doute nos célébrations un peu moins cordiales dans un premier temps. Nous n’en serons pas moins nourris de la Parole de Dieu et de son Pain de vie, dans le souffle de l’Esprit. Et pour ceux dont la santé est fragile ou qui hésitent à participer à l’Eucharistie dans ces conditions restrictives, il va de soi que les célébrations à la radio et à la télévision se poursuivront.

Les lignes directrices pour célébrer ensemble sont rassemblées dans un « protocole », élaboré sous la direction d’experts et approuvé par les autorités. Les responsables pastoraux locaux recevront ce protocole dès aujourd’hui. Il est par ailleurs consultable sur Cathobel et sur Kerknet. Pour une information plus concrète sur les lieux et heures de célébration de l’eucharistie locale, il est souhaitable de contacter le responsable local.

Ce nouveau ‘vivre ensemble’ qui marque la sortie progressive de la crise du coronavirus, exige créativité et engagement. Il suppose une attention soutenue pour ceux qui subissent de plein fouet la crise dans ses dimensions sanitaires, économiques et sociales.

Une fois de plus, nous remercions tous ceux qui s’engagent pour leurs semblables, qu’ils soient proches ou plus éloignés. Nous en avons eu de bons exemples en de nombreux endroits, ces dernières semaines.

La crise du coronavirus est et sera plus légère si nous continuons à la traverser ensemble.

Sainte fête de Pentecôte

Les Évêques de Belgique"

SIPI – Bruxelles, vendredi 29 mai 2020

À lire en cliquant ci-dessous :

Le texte du « protocole » (en PDF)

21/05/2020

Mesures en prévision de la reprise du culte en Belgique

Sous la signature de Sophie Delhalle, "Cathobel", le site web des diocèses francophones de Belgique, a communiqué, hier 20 mai 2020, le texte qui suit :  

« En prévision d’une prochaine reprise des célébrations liturgiques, la conférence des évêques de Belgique a dressé une liste des mesures sanitaires à suivre par l’ensemble des lieux de culte.

Lesdites mesures devront être communiquées à tous ceux qui participent au service religieux au moyen d’affiches placardées à l’entrée de l’église (à l’extérieur et à l’intérieur). Les symboles clairs seront préférés aux longs textes. Les mesures pourront être également publiées en temps voulu dans le journal paroissial.

Eviter les contacts

La réouverture des églises sera aussi l’occasion idéale pour un nettoyage en profondeur à l’eau et au savon.

Afin d’éviter un maximum de contact, la distribution de livres de chants, de prospectus, de dépliants ou autres, sera interdite de même que leur transmission de main en main. Les évêques conseillent même de les retirer de l’église. A noter aussi que les bénitiers restent inutilisables jusqu’à nouvel ordre.

Plan de circulation

Concernant les installations sanitaires dans l’église, il est conseillé de les fermer complètement. En cas d’impossibilité, une personne sera chargée de la désinfection systématique des toilettes, robinets et poignées de portes. Le matériel adéquat sera prévu.

Les UP et paroisses devront également réfléchir à un plan de circulation dans l’église : où et comment faire entrer les fidèles dans l’église, comment se rendent-ils à leur chaise, déroulement de la circulation lors de la communion, où et comment se déroule la sortie. Pour un respect de la distance sociale, il est préférable de différencier porte d’entrée et porte de sortie. Lors de la distribution de la communion, dans certaines églises, seule une file sera possible pour respecter les mesures de distanciation. A cet effet, une signalisation claire devra être établie : panneaux de signalisation, fléchage, autocollants, délimitation des allées, …

Impliquer les fidèles

En matière d’hygiène, il faudra prévoir à chaque entrée de l’église des lieux de désinfection bien visibles ainsi qu’un équipement de désinfection supplémentaire au cas où, par exemple, les fidèles qui vont à la communion doivent se désinfecter les mains. Prêtre, enfants de chœur et lecteurs devront aussi se désinfecter les mains.

Le respect d’une distance d’1,5 m dans tous les sens entres les personnes restera sans doute encore obligatoire pendant un certain temps. Les chaises devront donc être placées en fonction.

La conférence des évêques estime également que, dans un premier temps, il sera préférable de « se passer » de chorale. Le recours à un chantre restant néanmoins envisageable.  Pas de contact ni d’échange lors du signe de paix.

Les évêques soulignent également l’importance d’impliquer la communauté des fidèles dans le processus.

Voici le texte intégral de la note de travail relatif aux mesures d'hygiène proposées:

  1. "Communication des mesures

Toutes les mesures décidées seront communiquées à tous ceux qui participent au service religieux. Ces mesures seront affichées très clairement à l’entrée de l’église (à l'extérieur et à l'intérieur). Les mesures à afficher ailleurs seront discutées (par exemple, ce qui concerne la désinfection des mains avant la communion peut être affichée à l'avant près du produit désinfectant). Les symboles clairs seront préférés aux longs textes difficiles à lire quand on est dans l’église. Les mesures pourront être publiées en temps voulu dans le journal paroissial. On évitera de les imprimer et de les distribuer.

Grand nettoyage de Pâques 

Il est coutume dans de nombreuses églises d’organiser un grand nettoyage peu avant Pâques. Il n’a pas toujours pu avoir lieu cette année. La réouverture des églises est l’occasion idéale pour un nettoyage en profondeur à l’eau et au savon. Comme il faut tout bouger autant tout laver.

Livres et livrets

Il faut éviter les surfaces touchées. La distribution de livres de chants, de prospectus, de dépliants ou autres, sera interdite de même que leur transmission de main en main. Il faut absolument les retirer de l'église. Laisser des étagères de livres de chants avec un avis indiquant qu’on ne peut pas les utiliser, n’a pas de sens. Il est préférable de les ranger dans un endroit inaccessible pour éviter que les visiteurs les prennent par inadvertance ...

Bénitiers

Les bénitiers sont rendus inutilisables jusqu’à nouvel ordre.

Sanitaires

Les installations sanitaires dans l'église sont un problème. On conseille de les fermer complètement. En cas d’impossibilité, une personne sera chargée de la désinfection systématique des toilettes, robinets et poignées de portes. Le matériel adéquat sera prévu.

  1. Plan de circulation

Un examen attentif des éléments suivants sera nécessaire : où et comment faire entrer les fidèles dans l'église, comment se rendent-ils à leur chaise, déroulement de la circulation lors de la communion, où et comment se déroule la sortie. Pour un respect de la distance sociale, il est préférable de différencier porte d’entrée et porte de sortie. Il faudra également tenir compte de la distance entre les personnes assises ainsi que par rapport à la file qui les longe lors de la communion. Dans certaines églises, seule une file sera possible alors que normalement on distribue la communion à deux endroits.

Une signalisation claire devra être établie. Eventuellement à l’aide de panneaux de signalisation, d’un fléchage, d’autocollants, d’une délimitation des allées…

  1. Mesures d’hygiène

Les personnes qui entrent dans l'église devront pouvoir se désinfecter les mains. Il faudra donc prévoir à chaque entrée des lieux de désinfection bien visibles (par exemple : 2 tables séparées avec des flacons de gel hydroalcoolique ou un distributeur accroché au mur ou à un poteau). Prévoir aussi un équipement de désinfection supplémentaire au cas où, par exemple, les fidèles qui vont à la communion doivent se désinfecter les mains. (de préférence du gel hydroalcoolique qui sèche rapidement dans l’allée de communion ). Ne pas oublier que le prêtre, les enfants de chœur et les lecteurs ont aussi besoin de gel hydroalcoolique pour se désinfecter les mains.

Les désinfectants sont disponibles en pharmacie ou en société spécialisée dans ce type de matériel.

  1. Mesures de distanciation

Le respect d'une distance d’1,5 m dans tous les sens entres les personnes restera sans doute encore obligatoire pendant un certain temps. Il faudra réfléchir à sa mise en œuvre et bien l’expliquer.

Chaises

Placerez-vous les chaises à 1,5 m l'une de l'autre avec enlèvement des chaises en trop ? Ou allez-vous scotchez 3 chaises à côté de la chaise où une personne est autorisée à s'asseoir ? Allez-vous scotcher une rangée de chaises sur deux jusqu’au fond de l’église ? Ou allez-vous tourner les chaises que l’on ne peut occuper ? Allez-vous travailler en ligne droite ou en zigzag? Allez-vous mettre toutes les chaises les unes contre les autres dans les parties latérales pour ne mettre que le nombre de chaises autorisées dans la partie centrale ? Dans une petite église, on peut organiser une entrée d'un côté et une sortie de l'autre côté pour chaque rangée de chaises, donc pas d'allée centrale. Si l’église est pourvue de bancs (fixes), comment s’assurer que la distance sociale soit respectée et comment éviter que les gens dussent se croiser ?

Files

Indiquer d'une manière ou d'une autre, dans les allées centrale et latérales, des repères de distance d’1,5 m, pour les personnes qui font la file pour la communion ou l’offrande ? (des autocollants de sol ou du ruban de couleur existent). Voir aussi plus haut sous plan de circulation.

Familles

Faut-il demander aux familles de respecter la distance entre les chaises, ou peuvent-elles prendre place ensemble ? Comment l’expliciter clairement ?         

Chœur et chantre

Pour les chœurs, des règles de distanciation spécifiques s'appliquent. Pour les personnes qui chantent, une distance minimale de 8 mètres sera vraisemblablement à respecter ! Si c'est le cas, nos premières célébrations devront sans doute avoir lieu sans chorale. Eventuellement avec un chantre ?

  1. Pour la célébration elle-même

Si chaleureuse que soit la célébration souhaitée, nous ne pourrons pas nous donner la main lors du Notre Père dans un premier temps lors de la reprise des célébrations, ni serrer les mains ou nous embrasser lors du don de la paix. Une certaine créativité est permise sans oublier toutefois que nous célébrons la liturgie...

Une ou des personnes devront être désignées pour la gestion des diverses mesures. Au début, il faudra s'assurer que chacun connait et applique les mesures, qu'il s’y retrouve dans les plans de circulation, qu'il sait ce qu'on attend de lui. Une aide est toujours bienvenue.

Pour l'instant, il n'est pas encore possible de discuter autour d'un café après la célébration. Il est interdit aussi de faire la causette devant l'église tant que les rassemblements ne sont pas autorisés. Il est important d’impliquer la communauté des fidèles dans le processus."

Déconfinement des lieux de culte : deux cents jeunes catholiques interpellent le Conseil d’État de Belgique pour lever l’interdiction de rassemblements dans les églises

Le site web « Belgicatho » et le quotidien « La Libre Belgique » rapportent ce qui suit :  

« 20-05-2020

En France et en Allemagne, la démarche a porté ses fruits. Qu’en sera-t-il en Belgique ? Plus de 200 jeunes catholiques ont cosigné et introduisent une requête auprès du Conseil d’État (sous la forme d’un recours en suspension) contre le confinement qui se poursuit pour les lieux de culte. Le gouvernement, qui a permis la reprise des activités dans les commerces, dans les musées ou dans les parcs zoologiques notamment, n’a en effet toujours pas levé l’interdiction de rassemblement pour les cultes.

"La liberté de culte est dans notre pays un droit fondamental garanti par la constitution, qui ne saurait être soumise à des impératifs économiques, explique Joseph Junker, porte-parole francophone des requérants. Nous trouvons intolérable que notre gouvernement témoigne un tel mépris envers les libertés des citoyens, en particulier celles des catholiques et de leurs spécificités. Cette décision est profondément injuste, disproportionnée et paternaliste, d'autant plus que les catholiques ont prouvé être parfaitement capables de prendre eux-mêmes des mesures de protection, et d'organiser des célébrations eucharistiques de manière sûre et dans le respect des règles de sécurité. La liberté religieuse est garantie par notre Constitution et la Convention européenne des droits de l'homme. 

En Allemagne et en France, des recours ont abouti à un sévère désaveu du gouvernement de ces pays par la Justice, qui a jugé ces interdictions du culte complètement illégales. Nous avons donc décidé de nous aussi demander justice, et d'introduire une procédure auprès du Conseil d'État. Notre objectif est de faire annuler l'interdiction telle qu'elle est en vigueur en Belgique pour violation de la Constitution. Nos avocats ont étudié les chances de succès et ont préparé une requête qui est introduite en ce moment."

Les chefs des cultes négocient

Aura-t-elle des chances d’aboutir ? Les requérants pourront-ils convaincre le Conseil d’État que ce maintien du confinement pour les cultes serait "disproportionné, incohérent et insuffisamment motivé" ? Les prochaines semaines le diront. Mi avril, les professeurs de théologie Louis-Léon Christians (titulaire de la chaire Droit et religions à l’UCLouvain), et Adriaan Overbeeke (UAntwerpen) estimaient "qu’était respecté un équilibre adéquat entre les mesures sanitaires et la garantie de la liberté de culte". Cela, "dans la mesure où les arrêtés semblaient se limiter à l’interdiction des cérémonies collectives tout en maintenant ouverts les lieux de cultes à des pratiques individuelles respectueuses des distances de sécurité." La situation a cependant évolué alors que le déconfinement s’élargit, estime aujourd’hui Louis-Léon Christians qui reconnaît que c’est aussi le non-respect du principe de "non-discrimination" que pourraient épingler les croyants.

Pour rappel, si ce sont ici des laïcs qui ont entamé cette démarche, les évêques, en compagnie des chefs des autres cultes reconnus, ont entamé des négociations avec le gouvernement pour relancer les célébrations publiques. Ils ont également remis un protocole au Conseil national de sécurité pour clarifier les mesures qui seront prises dans les lieux de culte afin que les célébrations puissent reprendre dans le respect des normes sanitaires. »

La persistance de l’état d'exception visant le secteur religieux alors que le processus du déconfinement de la société est amorcé partout ailleurs est-elle conforme aux dispositions constitutionnelles relatives aux libertés de culte et de réunion mais aussi à l’égalité des citoyens devant la loi ? Une réponse autorisée en droit serait en effet la bienvenue.

Sursum Corda