16/12/2013

Une Parole dans la nuit

etoile_noel.jpg 

 

 NOËL 2013 À LIÈGE

en grégorien et en polyphonie ancienne

 

 

 

Église du Saint-Sacrement

(Boulevard d’Avroy, 132) 

MERCREDI 25 DÉCEMBRE 

goes01 Goes.jpg

  

10h00, messe du jour de noël en latin (missel de 1962) 

Propre grégorien de la messe « Puer natus est »

Kyriale IX « cum jubilo »

Noëls polyphoniques anciens

« Gaudens in Domino » (conduit diaphonique, XIIe s.)

 et  « In dulci iubilo » (motet att .à Henri Suso, circa 1328).

Hymne « Adeste fideles » (XIIIe s.)

par

la Schola du Saint-Sacrement et Michèle Viellevoie, soprano solo

A l’orgue : Patrick Wilwerth

11h15, messe du jour de noël, en français (missel de 1970)

Chants grégoriens et motets de noël. Mutien-Omer Houziaux (orgue)

et Octavian Morea (violoncelle) 

 adoration et confessions: mardi 24 décembre, de 17 à 19 heures

« Celui qui aujourd’hui veut entrer dans l’église de la Nativité de Jésus à Bethléemtéléchargement.jpg découvre que le portail, qui un temps était haut de cinq mètres et demi et à travers lequel les empereurs et les califes entraient dans l’édifice, a été en grande partie muré. Est demeurée seulement une ouverture basse d’un mètre et demi. L’intention était probablement de mieux protéger l’église contre d’éventuels assauts, mais surtout d’éviter qu’on entre à cheval dans la maison de Dieu. Celui qui désire entrer dans le lieu de la naissance de Jésus, doit se baisser. Il me semble qu’en cela se manifeste une vérité plus profonde, par laquelle nous voulons nous laisser toucher en cette sainte Nuit : si nous voulons trouver le Dieu apparu comme un enfant, alors nous devons descendre du cheval de notre raison « libérale ». Nous devons déposer nos fausses certitudes, notre orgueil intellectuel, qui nous empêche de percevoir la proximité de Dieu. Nous devons suivre le chemin intérieur de saint François – le chemin vers cette extrême simplicité extérieure et intérieure qui rend le cœur capable de voir. Nous devons nous baisser, aller spirituellement, pour ainsi dire, à pied, pour pouvoir entrer à travers le portail de la foi et rencontrer le Dieu qui est différent de nos préjugés et de nos opinions : le Dieu qui se cache dans l’humilité d’un enfant qui vient de naître."

Cette parole dans la nuit, c’est Benoît XVI qui l’a prononcée le soir de Noël en 2011. Une parole qui vaut pour chacun d’entre nous qui cherchons, tant bien que mal, le visage de Dieu. Mais pour le trouver, il faut constamment purifier notre regard, sur Lui comme sur les autres. « Amen, je vous le dis, si vous ne faites pas demi-tour pour devenir comme les enfants, vous n’entrerez jamais dans le royaume des cieux. (Mt.18-3) » JPS

Commentaires

Dies est laetitiae : l’esprit de noël était perceptible, ce matin de la fête de Noël, parmi les fidèles venus célébrer le petit « Roi de Gloire » à l’église du Saint-Sacrement : quelque cent cinquante personnes, sans compter tous ceux qui ont prêté leur concours au service de l’autel du Seigneur (prêtres officiants, thuriféraire et acolytes petits et grands , organistes et violoncelliste, chorale grégorienne et solistes du chant). Bref, une belle participation active pour la célébration souriante et paisible d’une grande joie !

Écrit par : SC | 25/12/2013

Écrire un commentaire