Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/05/2011

C'est samedi après midi!

 

PLAIN-CHANT SUR LIEGE LE SAMEDI 21 MAI 2011

                   un florilège de mélodies liturgiques médiévales

 

 par le choeur grégorien de Louvain et les élèves de l'académie de chant grégorien à Liège

 

 

plain chant sur liège le 21 mai 2011

16 heures, église des Bénédictines (Bd. d’Avroy, 54)

 

plain chant sur liège le 21 mai 2011

 

 

18 heures, église du Saint-Sacrement (Bd d’Avroy, 132)

 

 

plain chant sur liège le 21 mai 2011

 

 

Pour écouter un petit échantillon mélodique :  le sanctus tropé hongrois « omnes unanimiter »

 

cliquez ici

 

http://www.youtube.com/watch?v=LhMtCADhUfw

 

 

 

entrée libre

 

07/05/2011

Plain-Chant sur Liège

 

SAMEDI 21 MAI 2011

LE CHOEUR GREGORIEN DE LOUVAIN

Gregoriaans Koor Leuven

gregoriaans koor van Leuven (sigle).jpg

Direction Frans Mariman

professeur au Gregoriaans Centrum de Drongen 

LES ELEVES DE L'ACADEMIE DE CHANT GREGORIEN A LIEGE  

n663488723_6811.jpg

Direction Stephan Junker

professeur au conservatoire de Verviers

 

donneront un concert

A 16 HEURES, A L'EGLISE DES BENEDICTINES

Boulevard d'Avroy, 54 à Liège

abbaye-pnd-exterieur.jpg

"LES COULEURS DU PLAIN-CHANT MEDIEVAL"

grégorien, vieux romain, gallican, bénéventain, ambrosien, liégeois

 

Van Eyck anges chanteurs.jpg

 

A l'orgue Le Picard (XVIIe s.) des Bénédictines

orgue bénédictines.JPG  

PATRICK WILWERTH

professeur au conservatoire de Verviers

 EXTRAITS DE L'OEUVRE D'HENRY DU MONT
 ET DU LIVRE DES FRERES CROISIERS DE LIEGE

 

Ils interpréteront ensuite 

 

A  18 HEURES,  A L'EGLISE DU SAINT-SACREMENT  

0806_0301.jpg 

les chants de la

MESSE  DU QUATRIEME DIMANCHE APRES PÂQUES

Resurrection Weyden.jpg

propre grégorien, kyriale ambrosien et bénéventain

organum, diaphonie et motets classiques

 

A l'orgue Thomas du Saint-Sacrement

stsacrement1 orgue.gif

PATRICK WILWERTH

professeur au conservatoire de Verviers

La messe sera célébrée (missel de 1962) par M. l'abbé Jean-Pierre HERMAN
chapelain aux sanctuaires de Beauraing 

 

Entrée libre. Réception offerte à l'issue de la messe.

 Renseignements: tél. (+32) (0)4.344.10.89

courriel: sursumcorda@skynet.be

 

 

Programme détaillé:

Antiphonaire.jpg

Concert (église des Bénédictines, 16h)

 

 1. Ėlèves de l’Académie :

Antienne « Dominus dixit ad me » des matines de Noël (grégorien et chant vieux-romain)

Lectio (extraits) des matines de Noël en organum

Repons bref « Verbum caro factum est » des matines de Noël, en grégorien

Bénédiction conclusive des matines de Noël, en grégorien  

Repons « Collegerunt » (extraits) de la procession des Rameaux, d’inspiration gallicane

Antienne « Media vita » (extraits) pour le temps de la Septuagésime et du Carême,  d’origine gallicane

Introït de la Messe de Minuit de Noël « Dominus dixit ad me » : trois versions mélodiques (ambrosien, vieux romain, grégorien)

Kyrie grégorien « cunctipotens genitor Deus » tropé en déchant  

Alleluia  « Magnus Dominus » d’origine gallicane

Sanctus tropé en déchant d’origine hongroise  

Agnus Dei bénéventain

Antienne ad magnificat « Magna Vox » des vêpres de l’office liégeois de saint Lambert

Hymne « conditor alme siderum » des vêpres grégoriennes du 1er dimanche de l’Avent

 

2. Patrick Wilwerth à l’orgue « Le Picard » :

Extraits de l’œuvre d’Henry Du Mont (Looz, 1610-Paris, 1684) et du Livre d’orgue des Frères Croisiers de Liège (1617).

 

3. Gregoriaans Koor Leuven

Antienne « vidi aquam » ad aspersionem aquae benedictae (in tempore paschali) 

Introït « De ventre », Graduel « Priusquam te formarem » et Communion « Tu puer » de la messe de la fête de saint Jean-Baptiste (extraits du Graduale triplex de Solesmes, 1974)

Introït «Cibavit », Offertoire « Jubilate Deo », Communion « Qui manducat » de la messe de la Fête-Dieu (extraits du Graduale triplex de Solesmes, 1974)

 

 Messe du Temps Pascal (église du Saint-Sacrement, 18h)

P1010199.JPG

 

Introït grégorien « Cantate Domino »  (Koor, Leuven) 

Kyrie « Cunctipotens genitor Deus », tropé en déchant  (Académie, Liège)

Gloria ambrosien (Académie Liège)

Alleluia grégorien « Dextera Dei » (Koor, Leuven) 

Alleluia grégorien « Christus resurgens » (Koor Leuven)

 Credo III (tous)

 Offertoire grégorien « Jubilate Deo universa terra » (Koor, Leuven)

 Sanctus tropé d’origine hongroise (Académie, Liège)

 Agnus Dei bénéventain (Académie, Liège)

 Communion grégorienne « ego sum vitis et vita » (Koor, Leuven)

 Antienne ambrosienne «O salutaris hostia » (solistes)

 

St_Sacrement_avr_2011 (2).jpg

 

 À l’orgue Thomas du Saint-Sacrement : Patrick Wilwerth

 Gloria (extraits) de la messe en si de J.S. Bach (soliste et orgue)

 

 

LES INTERPRÈTES

Le Choeur Grégorien de Louvain (Gregoriaans Koor Leuven) 

27.jpg

fondé en 1980, travaille et se produit, depuis ses débuts, sous la direction de Frans Mariman. La presque totalité des membres de la Chorale, ont suivi les cours de grégorien à Drongen (Tronchiennes) où Frans Mariman enseigne notamment la sémiologie grégorienne. Lui-même, formé en musicologie à Leuven, s’est spécialisé comme grégorianiste à l’école des maîtres qui font autorité en la matière, tels que Cardine, Billecocq, Joppich, Goeschl, et Le Guennant à l’Institiut Catholique de Paris : il cherche à transmettre à sa chorale, avec  le plus grand souci de perfection, le savoir et l’enthousiasme qu’il a hérité d’eux..

On découvrira dans le chant de la chorale de Louvain toute l’expressivité authentique du grégorien, inspirée par les textes sacrés, restée longtemps cachée pour n’être redécouverte qu’au 19e siècle. Le répertoire de la chorale s’oriente tout autant sur les exigences de la liturgie contemporaine, que sur des perles musicales  que l’on n’y trouve plus: hymnes, liturgie des Quatre-Temps… Elle répond également à la demande d’organisateurs d’événements et concerts comme le Festival international de Watou, l’Eté mosane, la Nuit des chœurs  à l’abbaye de Villers-la-Ville, l’Académie de Chant grégorien à Liège…

 

L'Académie de Chant grégorien

Antiphonaire XVe siècle.jpg

A été fondée à Bruxelles en mars 2000. Son objectif est de réunir des personnes qui aiment ou pratiquent le chant grégorien, désirent le promouvoit et assurer sa perennité sous tous ses aspects, en particulier dans sa fonction liturgique.

.A ce titre elle organise, tous les ans, à Bruxelles et à Liège (depuis 2003) un cycle de cours ouverts tant aux débutants qu’aux persévérants, un stage résidentiel chaque été ainsi que des week-ends consacrés à des formations thématiques de perfectionnement dont la direction est  confiée aux meilleurs spécialistes belges et étrangers.

En Belgique francophone en tout cas, il n’existe plus aucune institution, religieuse ou scolaire, où ce chant, que le concile Vatican II encore qualifie de propre à la liturgie l’Eglise catholique , soit encore enseigné et pratiqué. C’est pour faire face à ce vide que l’Académie de chant grégorien a été fondée. Elle comble donc une lacune car cet immense  répertoire  monodique, à la base de toute la musique occidentale, mérite d’être reconnu, estimé, chanté et entendu C’est à cette immense tâche que l’Académie se consacre. 

p1000340.jpg

À  Liège, depuis 8 ans, le cycle annuel des cours de l’Académie s’échelonne de novembre à mai, à raison de deux samedis après-midi par mois. Il est donné par Stéphan Junker, professeur au conservatoire de Verviers, et Gérald Messiaen, professeur de l’académie à Louvain la Neuve, dans les locaux de l’église du Saint-Sacrement (la seule qui ait conservé l’usage du plain-chant liturgique dans cette ville de Liège).Stéphan Junker est diplômé du conservatoire de Bruxelles où il fit partie de la classe de Jules Bastin. Il est aussi licencié en philologie classique de l’Université de Liège.

Patrick Wilwerth, 

Nouvelle image.JPG

organiste, compositeur, professeur d’orgue au conservatoire de Verviers et dans plusieurs académies de la région liégeoise, est diplômé des Conservatoires royaux de Liège et de Bruxelles où il fut l’élève et le disciple d’Hubert Schoonbroodt.

Outre ses activités dans le domaine de l’orgue et de la composition, Patrick Wilwerth a fondé en 1994 le chœur de chambre " Praeludium " et a été nommé en 1993, directeur artistique et chef de chœur de la Chorale Universitairede Liège où il succède à Hubert Schoonbroodt. Son travail comme chef de chœur l’a amené à interpréter des œuvres parmi les plus belles du répertoire choral avec le Choeur Universitaire et l’Ensemble Instrumental « Tempus Musicale ». Organiste de concert autant que d’église, il maintient aussi la tradition du chant grégorien aux offices de l’église du Saint-Sacrement à Liège.

 

Quelques notes sur les répertoires du plain-chant

 

P1030628.jpg

 

Certes, aujourd’hui, le chant grégorien est le chant propre de la liturgie latine, dans laquelle il doit (ou devrait) occuper la première place. Première mais non exclusive: pour paraphraser le langage un peu ambigu du concile Vatican II, « toutes choses égales » avec les autres genres de musique sacrée (cfr art. 116 de la constitution « sacrosanctum concilium »)

Depuis les siècles passés jusqu'à maintenant, ce chant liturgique est marqué par le nom de saint Grégoire (540-604) d'une façon décisive – le qualificatif de « grégorien » étant un acte de reconnaissance pour le rôle que ce pape a joué dans la mise en forme de la prière chantée officielle de l'Église latine. Mais, en fait, le chant « grégorien » est apparu dans la seconde moitié du VIIIe siècle dans le nord-est de la Gaule franque, vallée du Rhin comprise, En schématisant un peu, on dira qu'eut lieu alors un patient métissage, une sorte d'hybridation entre les textes liturgiques d'origine romaine et les mélodies qui se plièrent volontiers à un remodelage, épousant et intégrant l'ornementation gallican

Si, comme on l’a écrit, le chant vieux romain et le chant gallican sont à la source du chant grégorien, d’autres variantes du plain-chant monodique subsistèrent aussi parallèlement à lui, telles que le chant ambrosien, le chant bénéventain, le chant mozarabe sans parler de répertoires  locaux, tels que le plain-chant liégeois, ni des premiers balbutiements de la polyphonie liturgique avec le déchant et l’organum.

Tant la messe que le concert organisés le 21 mai 2001 à Liège illustrent la diversité de ces répertoires .

Dans le syllabus destiné aux élèves de l'académie de chant grégorien à Liège, Gérald Messiaen y a consacré quelques considérations, dont nous reproduisons ici les principaux traits (on lira le texte complet en se procurant le Syllabus) :

1.   Le vieux romain  

On entend par chant romain le corps des chants qui s'est graduellement composé pour la liturgie pratiquée à Rome entre le IVe et VIIIe siècle. La source du "vieux Romain" est constituée des cinq manuscrits qui ont été écrits à Rome pendant les XIe, XIIe et XIIIe siècles. 

Ces cinq sources du "vieux Romain" comprennent trois graduels (Chants de la Messe) et deux antiphonaires (Chants de l’Office) :

-le Graduel de Santa Caecilia in Trastevere, datant de 1071(disponible en fac-similé : Max Lütolf. Das Graduale von Santa Cecilia in Trastevere. Fondation Martin Bodmer, codex 74, 1987) ;

- le Graduel de la basilique du Latran (Roma,Vat. lat. 5319), qui date tout au plus du XIIe siècle(transcrit par STÄBLEIN, Bruno. Die Gesänge des altrömischen Graduale Vat.lat.5319Monumenta Monodica Medii Aevi Band II. Bärenreiter, 1970) ;

-le Graduel de Saint-Pierre (S. Pietro F.22) datant du treizième siècle un antiphonaire de la basilique de Latran ou de SaintPierre (Londres, B.L. Add.29988) datantdu milieu du XIIe siècle ;

- l'Antiphonaire de Saint-Pierre (Roma, Bliblioteca Apostolica Vaticana, Archivo S.Pietro, B.79)datant de la fin du XIIe siècle.(disponible en facsimilé : Bonifacio Giacomo BAROFFFIO. Bliblioteca Apostolica Vaticana,Archivo S.Pietro B 79 Antifonario della Basilica di S.Pietro. Ed. Torre d'Orfeo, 1995). 

Ce répertoire intriguait déjà Dom André Mocquereau en 1891 :

« … nous laissons en dehors … les pièces de la liturgie ambrosienne … Pour la même raison nous laisserons dans leur singulier isolement et leur indépendance bizarre de la tradition grégorienne trois manuscrits extrêmement curieux du XII° et du XIII° siècle (Vatican, n° 5319 et Archives de Saint-Pierre, n° F.22 et n° B.79), les seuls de ce genre que nous ayons rencontrés parmi les documents manuscrits de la liturgie romaine que nous avons réunis et consultés. La plupart des chants en usage dans ces codex ne se rapportent à la tradition ni par l’économie de la distribution de leurs neumes, ni par la suite des intervalles musicaux. Ce ne sont plus ici des variantes ou des 2altérations qui s’offrent à nous : c’est un chant réellement distinct, aussi loin de l’ambrosien que du grégorien … »

Nous pouvons examiner le chant romain sous trois angles : 

Le chant romain qui était pratiqué vers 750 nous est inaccessible dans sa forme originale. Il a été transmis au royaume Franc après 754, où il a été modifié de façon significative par les Francs (conduisant à ce que nous appelons le chant grégorien) avant de retourner à Rome.

 Au XIIIe siècle, le chant évolue encore (certains chants de cette époque se retrouvent dans les cinq sources du "vieux Romain"). Le chant romain, modifié par transmission orale durant plusieurs siècles, a été finalement noté dans les cinq vieux manuscrits du "vieux Romain".En comparant les manuscrits grégoriens et "vieux Romain", nous pouvons tirer un enseignement sur le chant romain du VIIIe siècle. L'identité des textes est évidente, ainsi que les différences dans les mélodies. Le grand nombre de textes identiques assignés aux fêtes spécifiques, à la fois dans les manuscrits du "vieux Romain" et grégoriens, est une indication claire que ces chants figuraient dans le répertoire romain du VIIIe siècle.  

Les cinq manuscrits du"vieux Romain" ont été épinglés comme différents par rapport aux manuscrits grégoriens dès 1891, mais ce n’est qu’en 1950 que le sujet est devenu source de polémique. Pour certains musicologues, le "vieux Romain" et le grégorien représentent un développement ou une modification d’un même répertoire original, le chant Romain des environs de 750.Tandis que les chantres francs modifiaient les chants venant de Rome, le chant romain serait resté intact à Rome, toujours transmis par tradition orale. Il semble clair qu’au XIe siècle, quand les premiers Graduels romains ont commencé à être notés, le chant romain avait subi des changements.Lorsque les cinq Graduels mentionnés ci-dessus furent terminés, le chant grégorien avait remplacé le chant en usage à Rome. Nicolas III (pape de 1277 à 1280) imposera finalement le chant grégorien à Rome, sous l’influence des Franciscains. 

2. L’ambrosien 

 Le chant milanais est considéré comme le plus vieux chant occidental. Les plus anciens manuscrits milanais complets de chant ne sont pas antérieurs au XIIe siècle(certaines sources partielles datent du siècle précédent).Les chants de la Messe et de l’Office sont reproduits à la suite, en séquences chronologiques,avec des livres distincts pour l’hiver et l’été. Le chant milanais est généralement dénommé « chant ambrosien ».

Saint Ambroise était évêque de Milan de 374 à 397, à l’époque où l'empereur romain y avait établi sa capitale. On lui attribue la composition d’hymnes, textes et mélodies. Saint Augustin fait mention de quatre hymnes qui nous sont parvenues : Aeterne rerum conditro ; Deus creator omnium ; Jam surgit hora tertia ; Veni redemptor gentium. Ces hymnes utilisent le même mètre. Des hymnes plus récentes du même mètre sont appelées ambrosiennes et sont parfois attribuées à saint Ambroise lui-même. Un grand nombre de ces hymnesont été longtemps utilisées dans les livres liturgiques grégoriens et milanais.

 Charlemagne conquit la Lombardie et en devint le roi en 774. Les rois Carolingiens ont régné sur l'Italie jusqu'à 962, mais ils n’ont eu aucune influence sur la liturgie lombarde.Au Concile de Trente (XVIe siècle), les nombreuses variantes locales du rite romain furen tnormalisées, mais Milan (et la région de l'Italie du nord qui formait son archidiocèse) a été autorisée par ce concile à conserver son rite en raison de l’ancienneté de celui-ci.

 3.    Le gallican

 Amplement recouvert par le grégorien, le chant gallican a laissé des traces assez nombreuses pour nous révéler sa richesse mélodique.

 Le rite gallican et son chant tirent leur origine du culte pratiqué par le peuple galloromain.

 Clovis a été baptisé à Reims en 496. Les francs adoptèrent le rite gallican, laissant aux peuplades gallo-romaines une grande autonomie en matière civile et religieuse. L'église gallo-romaine possédait déjà des figures de proue : saint Hilaire de Poitiers, saint Martin de Tours, et plusieurs poètes tels Venance Fortunat.

Le rite gallican disparaît progressivement sous Pépin le Bref puis Charlemagne. Le nouveau rite est inspiré des sacramentaires romains et le chant est remplacé par ce que l’on dénommera le grégorien.

Plusieurs arguments permettent d’identifier un chant comme étant gallican :

 1. Certains rites, tels que les Litanies mineures (trois jours avant la fête de l'Ascension) et la fête de saint Martin de Tours, n'étaient pas célébrés à Rome. On en conclut que les chants retrouvés en notation médiévale ont survécu au rite gallican.

 2. Le second argument concerne le style littéraire : les prières romaines et les textes des chants romains étaient notablement concis. Les autres rites occidentaux affichent une déclamation dans un style plus oratoire, riche en image, et des chants agrémentés demélismes plus ornés. Ainsi en est-il de l’antienne O Crux benedicta (Antiphonale Monasticum, 1934, p. 1046) dont le mélisme sur la syllabe e de alleluia comporte 53 notes.

3. Un troisième argument est basé sur la ressemblance entre certains chants gallicans et des chants mozarabes et milanais. Kenneth Levy a récemment montré que certains Offertoires, dont les textes sont non psalmiques, ne figurent pas dans les sources du Vieux Romain, mais ont des similitudes avec des autres sources non-romaines. L'origine gallicane d'un certain nombre de ces chants est évidente du fait que les manuscrits francs les plus anciens, copiés directement des sources romaines, les omettent, tandis que desmanuscrits francs plus récents les incluent. Ces chants, absent des sources apportées de Rome, ont en fait été ajoutés plus tard, à partir de sources locales, dans le but de les conserver. Ces ajouts furent plus facilement réalisés dans les endroits éloignés de l'autorité centrale. Les manuscrits d'origine aquitaine du XIe siècle contiennent un grand nombre de chants gallicans. Les francs composèrent de nouveaux chants, et ceux-ci ont des traits à la fois romain et gallican.

 En tout état de cause, la liturgie gallicane n'était pas unifiée, mais revêtait vraisemblablement des formes diversifiées dans l'ensemble de la région. Nous n'avons aucun ensemble de sources du chant gallican (comme pour le Bénéventain et d'autres chants).

 Au XVIIe siècle, un mouvement de retour aux origines françaises a entraîné la composition d'une liturgie néo-gallicane avec son chant. Mais cela n'a aucune relation avec le sujet présenté ici.

 4. Le Bénéventain

Le terme bénéventain désigne les manuscrits de chant grégorien provenant de la région de Benevento, au Nord de Naples, ainsi que l’écriture neumatique caractéristique de ces manuscrits.

Le chant et la liturgie bénéventaines ont connu leur apogée après 758, quand Charlemagne aconquis le royaume du nord à Pavie, et jusqu’à la fin du VIIIe siècle, quand les premières formes du chant grégorien ont été introduits à Bénévent.Depuis lors, les chants bénéventains de la Messe semblent avoir été utilisés comme alternativeaux chants grégoriens les jours de grande fête. Au XIe siècle, le répertoire bénéventain est tombé en désuétude.

L'autre centre liturgique important du duché était Monte Cassino, où saint Benoît fonda le premier monastère bénédictin. Ce monastère n'a pas été occupé sans interruption : il fut détruit par les Lombards, et réoccupé vers 717 après plus d’un siècle. Il fut encore détruit par les Sarazins en 883, avant d’être restauré un siècle plus tard.

 Le chant bénéventain a fait l'objet du volume XIV de la Paléographie musicale (1934), mais la principale étude de ce chant est due à Thomas Forrest Kelly : The Beneventan Chant (Cambridge, 1989). Forrest a poursuivi son travail en publiant les fac-similés de chaque chant survivant (Paléographie musicale XXI, 1992) : cinq graduels, ou les livres des chants de la Messe, sont parvenus jusqu’à nous depuis les XI et XIIe siècles. Parmi ceux-ci, Bénévent 38 et 40 sont les plus importants et Bénévent 33 (missel avec la notation des chants datant des environs de l’an 1000)est le plus ancien. Tous ces graduels contiennent des chants grégoriens, les chants bénéventains étant ajoutés immédiatement après chaque fête ; comme si on avait voulu conserver et garder l’usage des chants traditionnels…

Les chants de la semaine sainte revêtent une importance particulière, car ils ne correspondent pas tous aux chants des livres grégoriens. Le plus intéressant de ces chants est celui de l'Exultet, la célébration du cierge pascal au début de la vigile pascale. Les belles enluminures sont à l'envers, de sorte que les fidèles peuvent les admirer tandis que le préchantre déroule son parchemin en chantant. Beaucoup de manuscrits ont survécu en raison de la valeur artistique des enluminures.

5. Le Mozarabe

 

Le terme "Mozarabe" fait référence aux chrétiens espagnols vivant sous la domination arabeaprès 711. Si l’apogée du rite espagnol se situe déjà au VIIe siècle, on en a peu de traces avant 711.On parle aussi de chant et d’écriture wisigothique, par référence à l’art développé du Vème siècle jusqu’au début du VIIIème siècle durant l'existence du royaume wisigoth, d’abord à Toulouse, puis à Narbonne, Barcelone, Séville, Mérida et finalement à Tolède. Parler d’écriture musicale wisigothique est un anachronisme car il n’y a pas d’écriture musicale datant des wisigoths.

 

La Verona Orationale est une collection de prières de l’Office qui a été emportée en Italie pour être préservée pendant l'invasion arabe. Elle doit dater des environs de 700. Elle témoigne non seulement du style littéraire du rite, mais elle contient également des indications quant auxtextes des chants.

 

Un exemple de manuscrit primitif de chants mozarabes est l’Antiphonaire de Léon, copie du Xe siècle d'un manuscrit du VIIe siècle. D’autres manuscrits ont été produits entre le IXe et le XIe siècle.

 

Les neumes, comme les neumes francs de la même période, ne peuvent être déchiffrés, puisqu'il n'y a aucun manuscrit contenant les mêmes chants en notation en lignes.Lors de la reconquête de l'Espagne musulmane, de nombreux moines et évêques français sontarrivés en Espagne. Et quand Tolède, l’ancienne capitale, a été reprise en 1085, le vieux riteespagnol fut supprimé en faveur du rite romain et de son chant grégorien. Seule la cathédrale de Tolède a pu conserver l’ancienne liturgie grâce à une dispense de l’autorité romaine.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

08/04/2011

Votre semaine sainte 2011

 

Des statistiques qui ne font pas de bruit

Il est plutôt rare que les médias diocésains annoncent, relaient ou relatent les activités religieuses, culturelles ou patrimoniales organisées à l'église du Saint-Sacrement et pourtant, comme dirait Galilée...elle tourne! Du dimanche des Rameaux à celui de Pâques, les offices de la semaine sainte ont réuni, comptées au fil des jours, pas moins de cinq cents personnes, dont cent cinquante le vendredi saint: beaucoup de piété et de ferveur, en particulier lors du chemin de Croix conduit par l'abbé Germeau et l'abbé Arimont et à l'office des présanctifiés. Loin du bruit et des controverses ecclésiastico-mondaines. Dans la paix du Seigneur, tout simplement. Puissions-nous y demeurer.

Liège, le lundi de Pâques 25 avril 2011

 

LA SEMAINE SAINTE 2011

memling semaine sainte.jpg

1. LIEGE:

A L'EGLISE DU SAINT-SACREMENT

Boulevard d'Avroy, 132, à Liège

 Saint-Sacrement Liège.jpg

église du Saint-Sacrement à Liège (Jacques-Barthélemy Renoz, 1776)

  

Célébrations par l'abbé Jean Schoonbroodt, chapelain au sanctuaire de Banneux

et l'abbé Claude Germeau, animateur du Foyer d'Accueil de Herstal.

 

DIMANCHE DES RAMEAUX

 17 AVRIL 2011  

champaigne entrée à Jérusalem.jpg

 

À 9 HEURES 45  

Distribution du buis bénit suivie de la grand'messe (missel de 1962)  chantée en grégorien.

Propre de la messe "Domine ne longe". Psalmodie de la Passion selon saint Matthieu.

 Kyriale XVII.

À 11 HEURES 15

Messe chantée selon le missel de 1970

  

 

MARDI SAINT, 19 AVRIL 2011 

DE 17 HEURES A 19 HEURES

 

ADORATION DU SAINT-SACREMENT EXPOSE 

P1011232.JPG 

17h00, vêpres grégoriennes suivies d'un temps de méditation

18h00, chapelet suivi des litanies du Sacré-Coeur

18h45, bénédiction du Saint-Sacrement

CONFESSIONS PASCALES: 

Un prêtre à votre disposition, mardi 19 avril de 17h00 à 18h45 

445px-Rembrandt-The_return_of_the_prodigal_son.jpg

 

JEUDI SAINT, 21 AVRIL 2011

 À 20 HEURES

Messe de la Dernière Cène (missel de 1970)

 

boutscene.jpg

 

 

VENDREDI SAINT, 22 AVRIL 2011

 À 15 HEURES

Chemin de la Croix 

DSC02590.JPG

Le chemin de la croix du vendredi-saint sera médité avec les abbés Claude Germeau, André Arimont et le Frère Jérémie-Marie de l'Eucharistie.

 Extraits du "Stabat Mater" d'Antonio Vivaldi chantés par Patricia Moulan (conservatoire de Verviers), avec le concours de Mutien-Omer Houziaux (orgue)

À 20 HEURES

Office des Présanctifiés (missel de 1970)  

Ecce_Homo_Huile_de_Philippe_de_Champaigne_17e_siecle__jpeg-2.jpg

 

SAMEDI SAINT, 23 AVRIL 2011

À 20 HEURES

Veillée et Messe de la Résurrection (missel de 1970)

 

6a00e398981df6000300f48d10e7c40001-500pi.jpg

 

 

DIMANCHE DE PÂQUES, 24 AVRIL 2011

resurrection1.jpg

À 10 HEURES

Grand’messe du Jour de Pâques, chantée en grégorien (missel de 1962).Propre "Resurrexi". Hymne "Salve festa dies".Séquence "Victimae Paschali Laudes". Kyriale I. 

À 11 HEURES 15

Messe du Jour de Pâques (missel de 1970) 

 

2. VERVIERS:

A L'EGLISE SAINT-LAMBERT

Rue du Collège, 80 à Verviers 

438034.jpg 

Célébrations par le Père Jos Vanderbruggen, o.praem., recteur du prieuré de Tancrémont (Banneux), chapelain à Banneux et à Saint-Lambert-Verviers,  et l'abbé Jean Schoonbroodt, chapelain au sanctuaire de Banneux et à l'église du Saint-Sacrement à Liège

 

DIMANCHE DES RAMEAUX

28 MARS 2011 À 10 HEURES 30 

rameaux.jpg 

Procession suivie de la grand'messe (missel de 1962) chantées en grégorien. Distribution du buis bénit. Psalmodie de la Passion selon saint Matthieu. Motet classique et orgue: extrait du "Stabat Mater" d’Antonio Vivaldi (1678-1741)

 

JEUDI SAINT

 21 AVRIL 2011 À 19 HEURES 30 

Fra%20Angelico2.jpg 

Messe de la Dernière Cène (missel de 1962), chantée en grégorien (missel de 1962).  Hymnes ambrosiennes (Milan, à partir du Ve s.).Translation des Saintes-Espèces au Reposoir. Adoration et bénédiction du Saint-Sacrement. "Tantum ergo" liégeois.

 

VENDREDI SAINT

 22 AVRIL À 19 HEURES 30 

imagesCAD5L02E.jpg 

Office des présanctifiés (missel de 1962), chanté en grégorien. Psalmodie de la Passion selon saint Jean. Chant gréco-latin du Trisagion (Ve s.) et des Impropères. Adoration de la Croix. Communion. Repons ambrosien (Milan, à partir du Ve s.).

 

 

SAMEDI SAINT

 23 AVRIL 2011 À 21 HEURES

VIGILE PASCALE ET MESSE SOLENNELLE DE LA RESURRECTION 

273000472.jpg 

Vigile pascale. Bénédiction du feu nouveau. Renouvellement des promesses de baptême. Messe de la Résurrection (missel de 1962) chantée en grégorien. Extrait du Gloriade la messe en si de Jean-Sébastien Bach (1685-1750). Psalmodie des Laudes en déchant et hymne "O filii et filiae" (plain-chant du XVe siècle).

 

 DIMANCHE DE PÂQUES

 24 AVRIL 2011 À 11 HEURES 

Resurrection de Memling (XV)e.jpg 

Grand'messe du Jour de Pâques (missel de 1962), chantée en grégorien. Extraits des Harmonia Sacra d’Henry Purcell (1659-1695) et du motet « Exaltabo Te » d’André Campra (1660-1744).Hymne "O filii et filiae" (plain-chant du XVe siècle).

 

 

« SURREXIT DOMINUS VERE » 

 

 

100220_110.jpg 

 

La résurrection selon la chair, juste un symbole ? Monseigneur Léonard répond : « Il me paraît très important de souligner le réalisme de la résurrection. Ce n’est pas un réalisme naïf. Quand on parle de résurrection physique, je n’entends pas tomber non plus dans un anthropomorphisme presque grossier qui suscite des questions incongrues. Quel est le statut du corps de Jésus ressuscité ? Combien pèse-t-il ? Combien mesure-t-il ? C’est le genre de questions aussi idiotes que celle que l’on a posée sur l’eucharistie : comment Jésus, homme adulte, peut-il tenir dans l’hostie ? Ces questions indiquent bien que l’on comprend la réalité de la résurrection, comme celle de la présence réelle de Jésus dans l’eucharistie,  uniquement sur le mode de nos réalités terrestres. A mon sens, le corps de Jésus ressuscité est un corps réel, mais non plus au sens habituel d’un corps humain réel, en vieillissement, et s’acheminant vers la mort. Il doit présenter un certain rapport avec le corps du Christ que ses contemporains ont connu avant sa crucifixion mais, puisque Jésus ressuscité ne meurt plus, sa condition humaine réelle, incarnée, n’est plus tout à fait la même que la nôtre. Je considère le corps de Jésus comme réel, mais je ne le situe pas dans le cosmos. S’il est présent dans notre cosmos, c’est par la présence eucharistique. Le mystère a sa part dans la condition présente, mais tous nous recevons les lumières nécessaires à faire un acte de foi, à dire oui à Dieu. Ce oui à Dieu, c’est peut-être avant tout un acte de foi en la résurrection du Christ. Le christianisme sans la résurrection du Christ, sans le Christ vraiment ressuscité, ce n’est plus le christianisme, ce n’est plus qu’une idéologie parmi d’autres. Perdre cela, c’est perdre tout le contenu du message. Insinuer cette réduction dans le cœur des croyants, c’est un grand malheur et un grand méfait. C’est sortir de la foi chrétienne et pénétrer sur le terrain de l’hérésie. L’hérétique, c’est une personne qui retient de la foi chrétienne ce qui lui convient et laisse tomber le reste. Cette attitude réduit le croyant à la dimension d’un partisan. L’hérésie provient toujours d’une étroitesse d’esprit. Incapable d’accueillir toute la réalité de la Révélation, on nie le reste. On laisse tomber ce que l’on n’est pas capable d’intégrer dans sa raison trop courte, et on le transpose sur un mode acceptable ».

 

Monseigneur Léonard, un évêque de plein air, éd. Omer Marchal, 1994, p.266