Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/04/2014

La Croix : douloureuse et glorieuse

aa3a9eb115b3c6bea9dfd7850bca9e93o.jpgRien ne fâche plus la société d’aujourd’hui que la conception chrétienne de la souffrance.  Compatir et soulager la peine font, certes, partie du message de l’Evangile mais, comme le dit si bien l’ « Imitation  de Jésus-Christ» (XVe s.) : « disposez de tout selon vos vues, réglez tout selon vos désirs, et toujours vous trouverez qu'il vous faut souffrir quelque chose, que vous le vouliez ou non ; et ainsi vous trouverez toujours la Croix. ».

Au cœur du mystère de l’homme, la Croix de Jésus nous montre que l’amour est, en lui-même, une passion. Comme l’a remarqué un jour Benoît XVI,  en disant que la souffrance est une face intérieure de l’amour, nous comprenons pourquoi il est si important d’apprendre à souffrir et, inversément, pourquoi éviter à tout prix la souffrance rend l’homme inapte à la vie : il connaîtrait  le vide de l’existence qui ne peut entraîner qu’amertume et refus, et non acceptation et maturation : celui qui a intérieurement accepté la souffrance, mûrit et devient compréhensif envers les autres et plus humain. Celui qui a toujours évité la souffrance ne comprend pas les autres ; il devient dur et égoïste.

En ce sens, nous pouvons répéter cette parole de saint Josémaria, si mal comprise : « bénie soit la douleur, aimée soit la douleur, sanctifiée soit la douleur » (Chemin, n° 208) qui accomplit l’Homme nouveau.  Car, depuis le matin de Pâques, nous le savons : sa croix et ses plaies sont devenues glorieuses. Christus resurgens  ex mortuis, jam non moritur : mors illi ultra non dominabitur (Rom., 6,9). Alleluia.

 

téléchargement (2).jpgpaque.jpg

 

Les commentaires sont fermés.